Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 167,50
    -20,99 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 064,14
    -8,31 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,21 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0872
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 419,80
    +34,30 (+1,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 445,22
    -258,47 (-0,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,67
    -8,18 (-0,60 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,00
    +0,77 (+0,97 %)
     
  • DAX

    18 704,42
    -34,39 (-0,18 %)
     
  • FTSE 100

    8 420,26
    -18,39 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,35 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 787,38
    -132,88 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    19 553,61
    +177,08 (+0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2706
    +0,0035 (+0,28 %)
     

Faillites : « Le chômage des entrepreneurs pourrait rejoindre son niveau de la dernière grave crise », selon la garantie sociale des chefs d’entreprise

Nicolas Sandanassamy

Fin des aides Covid, remboursement des Prêts garantis par l’Etat (PGE), hausse de la facture énergétique, repli de la consommation des ménages, baisse des carnets de commande… depuis plusieurs mois, les obstacles s’accumulent pour les chefs d’entreprise. Si bien que leur taux de « chômage » a bondi de 36,6% au premier semestre 2023, en comparaison de la même période l’an passé, selon une étude menée par le cabinet Altares, et la Garantie sociale du chef d’entreprise (GSC), une protection contre le chômage développée sous l’égide du Medef. Avec l’accélération des défaillances d’entreprises, ce sont ainsi plus de 25 200 patrons qui se sont retrouvés sans activité, durant cette période. « L’équivalent de 160 chefs d’entreprise perdent leur emploi chaque jour », détaille Anthony Streicher, président de l’association GSC.

Selon notre invité sur le stand de LaREF 2023, même si de telles difficultés frappent surtout les patrons de petites structures (moins de 5 salariés), elles n’épargnent plus désormais les grosses sociétés, employant plus de 20 salariés. Et le taux de sinistralité auquel doivent faire face les patrons pourrait rejoindre, dès l’an prochain, son niveau de la dernière grave crise, en 2008-2010, avec 60 000 à 65 000 d'entre eux laissés sur la touche. Il reste pourtant possible de s’assurer contre ce risque de chômage, pour environ une centaine d’euros par mois dans le cas d'un patron se rémunérant 40 000 euros par an, avec la liberté de paramétrer la durée, comme le niveau (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite