La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 877,75
    -119,23 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 569,44
    +26,38 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 822,29
    +190,84 (+0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,2140
    -0,0034 (-0,28 %)
     
  • HANG SENG

    30 159,01
    +711,16 (+2,41 %)
     
  • BTC-EUR

    27 466,66
    -23,06 (-0,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    671,57
    -5,33 (-0,79 %)
     
  • S&P 500

    3 842,66
    +1,19 (+0,03 %)
     

Facebook va fermer sa filiale en Irlande qui lui permettait de faire de l'optimisation fiscale

·2 min de lecture

Facebook est en train de liquider sa société holding irlandaise suite à un contentieux sur les impôts payés par l'entreprise dans l'Union européenne. En 2018, la filiale irlandaise du géant des réseaux sociaux n'a payé que 101 millions de dollars d'impôts, tout en enregistrant des bénéfices de plus de 15 milliards de dollars. La filiale, Facebook International Holdings I Unlimited Company, a également réalisé un chiffre d'affaires d'environ 30 milliards de dollars, ce qui représente plus de la moitié du chiffre d'affaires annuel total de l'entreprise, qui s'élève à 56 milliards de dollars.

Dans une déclaration au quotidien britannique The Times, un porte-parole de Facebook a déclaré que l'entité irlandaise "a été liquidée dans le cadre d'un changement qui s'aligne mieux sur notre structure opérationnelle". Le communiqué ajoute : "Nous pensons que cela est cohérent avec les changements récents et à venir de la législation fiscale que les responsables politiques préconisent dans le monde entier."

A lire aussi — Netflix va enfin déclarer les revenus de ses abonnements au fisc français

Les grosses entreprises de la tech sont confrontées à une pression croissante en Europe, où les régulateurs réévaluent les responsabilités que devraient avoir les grandes plateformes sur tous les plans, du partage des données à la désinformation.

À la fin de l'année dernière, Google a transféré sa holding détenant les droits de propriété intellectuelle de l'Irlande vers les États-Unis, après que les régulateurs européens ont décidé d'éliminer progressivement une faille permettant aux entreprises américaines de retarder le paiement des impôts.

La stratégie fiscale était légale et a permis à Google d'éviter d'être taxé par le fisc américain, et d'être prélevé à la source en Europe, lui permettant de faire la majeure partie de ses bénéfices à l'étranger.

La décision de Facebook intervient quelques mois seulement après que l'entreprise a engagé une action en justice contre le régulateur irlandais (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Tesla a manqué de peu son objectif de livrer un demi-million de véhicules en 2020
Volkswagen dévoile un robot qui se déplace pour recharger les voitures électriques, voici comment il fonctionne
TikTok a supprimé un compte qui faisait la promotion de soirées clandestines malgré le Covid-19
Le patron des véhicules électriques chez Ford chambre Tesla en ventant sa Mustang Mach-E
Une entreprise japonaise cherche à créer des satellites en bois qui brûleraient dans l'atmosphère sans polluer