La bourse ferme dans 7 h 31 min
  • CAC 40

    6 274,51
    +7,12 (+0,11 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 952,01
    +5,95 (+0,15 %)
     
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,2142
    -0,0010 (-0,08 %)
     
  • Gold future

    1 833,80
    -2,30 (-0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    47 069,45
    +829,30 (+1,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 549,27
    +1 306,59 (+538,40 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,96
    +0,68 (+1,04 %)
     
  • DAX

    15 143,74
    +23,99 (+0,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 992,12
    +44,13 (+0,64 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 147,51
    -461,08 (-1,61 %)
     
  • HANG SENG

    28 174,69
    +160,88 (+0,57 %)
     
  • GBP/USD

    1,4141
    -0,0003 (-0,02 %)
     

Eure-et-Loir : un gendarme falsifie les taux d'alcoolémie des automobilistes pour monter en grade

Cyprien Tardieu
·2 min de lecture
Eure-et-Loir : un gendarme falsifie les taux d'alcoolémie des automobilistes pour monter en grade

Mis à la retraite, l’ex-gendarme a été condamné à un an de prison ferme pour faux et usage de faux.

Verbaliser les automobilistes à tour de bras pour impressionner sa hiérarchie et obtenir un avancement. C’est le drôle de pari fait par un gendarme, aujourd’hui à la retraite, de juillet à septembre 2020. Pour ces faits répréhensibles, le militaire de 52 ans vient d’être condamné à trois ans de prison dont deux avec sursis pour faux et usage de faux en écriture publique ou authentique, relate L’Écho Républicain.

Pris en flagrant délit par ses collègues

Pendant plusieurs mois, le fonctionnaire verbalisait des automobilistes avec des taux d’alcoolémie plus élevés que la réalité dans plusieurs petits villages d’Eure-et-Loir. Il a finalement été pris la main dans le sac par ses collègues lors d’un banal contrôle routier en septembre 2020. Ces derniers ont été surpris de le voir sanctionner un usager de la route avec un taux d’alcool prétendument de 0,46 mg par litre d’air expiré alors que l’appareil affichait 0,13 mg sur l'écran. 

Rappelons qu’un taux d’alcoolémie supérieur à 0,4mg/l d’alcool relève du délit. L’automobiliste est alors passible de deux ans d'emprisonnement et de 4 500 euros d’amende en plus du retrait de six point sur le permis de conduire.

VIDÉO - Des éthylotests bientôt obligatoires dans les lieux de vente d'alcool

Pour se justifier, le militaire mis à la retraite en novembre dernier blâme le comportement des automobilistes : "Ils n’ont plus de respect pour l’uniforme et souvent, ils minimisent leurs fautes". "J’ai été victime d’injustices au cours de ma carrière. Je voulais améliorer mes statistiques. C’était pour avoir l’avancement auquel j’avais droit", s’est-il justifié à la barre du tribunal de Chartres.

Suite au jugement, les automobilistes qui ont croisé la route de ce gendarme vont tous récupérer les points perdus sur leur permis de conduire.

Ce contenu peut également vous intéresser :