Publicité
La bourse ferme dans 36 min
  • CAC 40

    8 085,48
    -55,98 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 023,99
    -23,00 (-0,46 %)
     
  • Dow Jones

    39 862,04
    -10,95 (-0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0837
    -0,0022 (-0,21 %)
     
  • Gold future

    2 392,20
    -33,70 (-1,39 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 690,14
    -192,64 (-0,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 512,73
    -13,68 (-0,90 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,03
    -0,63 (-0,80 %)
     
  • DAX

    18 677,60
    -49,16 (-0,26 %)
     
  • FTSE 100

    8 348,96
    -67,49 (-0,80 %)
     
  • Nasdaq

    16 834,44
    +1,81 (+0,01 %)
     
  • S&P 500

    5 319,54
    -1,87 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 617,10
    -329,83 (-0,85 %)
     
  • HANG SENG

    19 195,60
    -25,02 (-0,13 %)
     
  • GBP/USD

    1,2726
    +0,0014 (+0,11 %)
     

Epargne : puis-je me servir sur le livret de mes enfants ?

Stock Rocket/Adobe Stock

Malgré l’inflation, une partie des Français a pu continuer à épargner cette année, en voulant notamment tirer parti des taux de rémunération élevés de certains livrets d’épargne réglementée. A ce titre, déposer ce bas de laine sur celui d’un de vos enfants pourrait être tentant. Dès sa naissance, il est effectivement possible de lui ouvrir un Livret A. Et à partir de ses 12 ans, un Livret Jeune, dont le taux est librement fixé par les banques sans pouvoir être inférieur à celui du Livret A.

En tant que parent, vous avez le droit de gérer ces comptes jusqu'à sa majorité selon l'article 388-1-1 du Code Civil. En théorie, les parents peuvent effectuer ce que bon leur semble avec l’argent déposé et profiter de la disponibilité des fonds qu’offre un livret. Sans même avoir à obtenir l'aval de l’enfant mineur. Néanmoins, utiliser l'argent déposé pourrait être considéré comme une «donation irrévocable» appartenant à l'enfant, explique à Ouest France l’avocate spécialisée en droit bancaire, Aude Poulain de Saint-Père.

Si les parents étaient amenés à vider les livrets de leur enfant, ce dernier serait en droit de demander des comptes à sa banque. L'enfant lésé pourrait demander une restitution des sommes prélevées, voire des dommages et intérêts. «Les parents s’exposent donc à des risques», indique l’avocate. En revanche, la responsabilité des banques reste limitée, ces dernières n'étant pas tenues à un devoir de vigilance, comme l'a confirmé la justice française.

La Cour de cassation du (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Impôts : quels sont les risques si je triche en déclarant mes revenus ?
Toutes les aides financières à destination des parents d’enfant en situation de handicap
Contrôle fiscal : une influenceuse témoigne de ses difficultés
Déclaration de revenus 2024 : comment baisser votre taux d’imposition
Impôt sur le revenu : quelle déclaration remplir en cas de plus-value sur des actions ?