Marchés français ouverture 5 h 49 min
  • Dow Jones

    31 402,01
    -559,85 (-1,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 119,43
    -478,54 (-3,52 %)
     
  • Nikkei 225

    29 393,04
    -775,23 (-2,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2174
    -0,0012 (-0,10 %)
     
  • HANG SENG

    29 386,69
    -687,48 (-2,29 %)
     
  • BTC-EUR

    38 464,70
    -3 469,33 (-8,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    932,82
    -61,84 (-6,22 %)
     
  • S&P 500

    3 829,34
    -96,09 (-2,45 %)
     

Emmaüs lance Trëmma, un site de vente dans la veine du Bon Coin ou Vinted

·2 min de lecture

L'association Emmaüs compte se faire une place dans la marché de la revente de seconde main avec Trëmma, un site pour financer des projets solidaires.

Emmaüs ouvre lundi sa plate-forme de vente de seconde main aux particuliers, pour encourager le don en ligne de «personnes qui n'ont pas le réflexe Emmaüs» comme la jeunesse connectée. Le mouvement caritatif avait lancé en 2016 une plateforme e-commerce, Label Emmaüs, sur laquelle les objets vendus provenaient d'acteurs du mouvement Emmaüs et d'acteurs de l'économie sociale et solidaire. Il a enregistré 4 millions de visiteurs uniques en 2020, selon sa directrice Maud Sarda.

Cette fois avec l'interface «Trëmma», l'objectif est d'encourager le don en ligne des particuliers, ciblant notamment les «jeunes, très connectés et engagés». Emmaüs a constaté dernièrement une baisse de la qualité des dons récoltés.

Le fonctionnement de «Trëmma» ne dépaysera pas les usagers des autres plateformes de vente de seconde main, comme Vinted ou Le Bon Coin : «Chaque utilisateur peut créer une annonce sur Trëmma», qui sera ensuite «reprise par un modérateur, salarié.e en insertion, qui la complète, la met en vente sur label-emmaus.co», selon un communiqué publié lundi.

Principale différence avec les autres places de marché en ligne: si l'objet trouve preneur, «le produit de la vente est reversé au projet de solidarité que le donateur a choisi». «Le vendeur ne touche rien sur ce qu'il a vendu, mais peut demander un reçu fiscal portant sur 60%» de la vente, précise Maud Sarda à l'AFP.

Une baisse de la qualité des dons

Le mouvement fondé par l'Abbé Pierre enregistre depuis une dizaine d'années «des dons qui avaient perdu en qualité», en raison de «la concurrence des plateformes comme Le Bon Coin ou Vinted». De plus en plus de particuliers tentent de gagner un peu d'argent avec les biens dont ils souhaitent se débarrasser.

«Et en parallèle,(...)

Lire la suite sur Paris Match

Ce contenu pourrait également vous intéresser :