La bourse ferme dans 3 h 10 min

Elon Musk explique pourquoi il a qualifié un scientifique de 'pedo' lors de son procès en diffamation

Il plaide le malentendu. Le fondateur du constructeur automobile Tesla, Elon Musk, a dû s'expliquer sur l'emploi du mot "pedo" pour qualifier un spéléologue britannique l'an dernier, à l'ouverture de son procès pour diffamation à Los Angeles, ce mardi 3 décembre. Le DG a assuré que son intention n'avait jamais été de qualifier "littéralement" de pédophile un spéléologue britannique, et a renouvelé ses excuses envers le scientifique. Le milliardaire a affirmé devant le jury qu'il était "énervé" lorsqu'il s'en était pris, sur Twitter à l'été 2018, au britannique Vernon Unsworth.

Elon Musk s'était déjà défendu dans un document déposé auprès du tribunal en assurant que le terme de "pedo guy" était une injure courante en Afrique du Sud, où il a grandi. "C'est synonyme de 'vieil homme glauque' et c'est utilisé pour insulter l'apparence d'une personne et son comportement, pas pour accuser cette personne d'actes pédophiles", avait plaidé le patron de Tesla. L'avocat du milliardaire, Alex Spiro, a répété cet argument mardi. Il s'agit de "tweets moqueurs, provocateurs dans une dispute entre deux hommes", a tenté de faire valoir l'avocat. En réponse, les avocats du spéléologue britannique ont présenté d'autres tweets jugés insultants de Elon Musk.

Une querelle entre Elon Musk et Vernon Unsworth par médias interposés

Le scientifique avait qualifié de "coup de pub" l'offre avortée d'Elon Musk d'envoyer un sous-marin miniature pour aider au sauvetage de 12 jeunes footballeurs et leur entraîneur, pris au piège par la montée des eaux alors qu'ils exploraient une grotte thaïlandaise. Les jeunes étaient restés bloqués pendant deux semaines avant d'être évacués au terme d'une opération internationale de grande ampleur, à laquelle le spéléologue avait participé.

A la suite d'une querelle par médias interposés, Elon Musk avait employé sur Twitter le terme de "pédo" ("pedo guy") pour désigner Vernon Unsworth, 64 ans, qui vit une partie de l'année en Thaïlande."C'est idiomatique, je ne pensais

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'Agence spatiale européenne va recruter entre 2 et 6 nouveaux astronautes à partir de l'an prochain
Un ancien modérateur de Facebook victime de stress post-traumatique porte plainte contre le réseau social
Chocolat, foie gras, truffe... 8 conseils pour ne pas vous faire avoir lors de vos courses de Noël
Voici comment la réforme des retraites pourrait impacter les jeunes d'aujourd'hui
Les découvertes de la sonde Parker Solar de la NASA pourraient permettre de mieux protéger satellites et astronautes de violents phénomènes solaires