Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 628,57
    -42,77 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 907,30
    -40,43 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,57 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0697
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 334,70
    -34,30 (-1,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 892,79
    -699,36 (-1,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 320,96
    -39,37 (-2,89 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,34
    +0,17 (+0,21 %)
     
  • DAX

    18 163,52
    -90,66 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,72
    -34,74 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,23 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,80 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2645
    -0,0015 (-0,12 %)
     

Dette : l’aveuglement de Macron

La question de la dette est en train de devenir brûlante pour Emmanuel Macron.  - Credit:Lafargue Raphael / Lafargue Raphael/ABACA
La question de la dette est en train de devenir brûlante pour Emmanuel Macron. - Credit:Lafargue Raphael / Lafargue Raphael/ABACA

Circulez… il n'y a rien à voir ! Interrogé sur le sujet de la dette et des finances publiques par nos confrères de l'Express, dans une interview publiée ce mercredi 22 mai, Emmanuel Macron a botté en touche en se félicitant des résultats de sa politique économique.

Pêle-mêle, le président de la République se vante d'avoir « changé la structure de ces dépenses pour privilégier les dépenses d'investissement plutôt que les dépenses courantes, les dépenses préventives plutôt que curatives, et beaucoup baissé les impôts », d'avoir fait le choix de protéger « les Français au moment du Covid et de la guerre en Ukraine » et d'avoir « baissé les impôts, investi dans nos services publics et su faire face aux crises ». Et le locataire de l'Élysée affirme que les baisses d'impôts se poursuivront en 2025 pour les classes moyennes…

Une rétrogradation loin d'être exclue

Le président a bien évidemment raison d'appuyer sur les points positifs de son bilan économique. Mais pour tout observateur de la vie économique, ces phrases sonnent presque comme un déni au moment où la question de la dette publique devient de plus en plus brûlante… Hasard du calendrier, la commission d'enquête parlementaire sur la forte croissance de la dette depuis 2017, lancé par le groupe Les Républicains (LR) à l'Assemblée nationale, donne également ce mercredi 22 mai le coup d'envoi de ses auditions en recevant Jean-Louis Rey, le président de la Cades (Caisse d'amortissement de la dette sociale).

À LIR [...] Lire la suite