La bourse ferme dans 7 h 29 min
  • CAC 40

    6 478,81
    -11,19 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 714,04
    -1,33 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    32 774,41
    -58,13 (-0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0207
    -0,0010 (-0,10 %)
     
  • Gold future

    1 807,00
    -5,30 (-0,29 %)
     
  • BTC-EUR

    22 499,53
    -1 016,99 (-4,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    534,34
    -23,01 (-4,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    89,62
    -0,88 (-0,97 %)
     
  • DAX

    13 543,69
    +8,72 (+0,06 %)
     
  • FTSE 100

    7 475,46
    -12,69 (-0,17 %)
     
  • Nasdaq

    12 493,93
    -150,53 (-1,19 %)
     
  • S&P 500

    4 122,47
    -17,59 (-0,42 %)
     
  • Nikkei 225

    27 819,33
    -180,63 (-0,65 %)
     
  • HANG SENG

    19 565,16
    -438,28 (-2,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,2087
    +0,0011 (+0,09 %)
     

Dassault Aviation dévoile des prises de commandes "exceptionnelles"

Dassault Aviation a enregistré des prises de commandes "exceptionnelles" de 16,3 milliards d'euros au premier semestre, mais a fait état des difficultés de sa chaîne de fournisseurs à suivre ses remontées en cadence, selon un communiqué publié mercredi 20 juillet. Ces commandes sont portées par l'entrée en vigueur du plus important contrat de l'histoire de Dassault, portant sur 80 avions de combat Rafale pour les Emirats arabes unis, ainsi que la vente de 6 Rafale supplémentaires à la Grèce. L'aviation d'affaires n'est pas en reste avec 41 Falcon commandés sur les six premiers mois de l'année, contre 51 sur l'ensemble de l'année 2021.

"En réalité, le chiffre est un peu plus élevé que celui-là, puisque nous avons annulé un certain nombre de commandes pour la Russie", en raison des sanctions qui frappent le pays à la suite de l'invasion de l'Ukraine, a précisé le PDG de Dassault Eric Trappier lors d'une conférence de presse. La commande de 42 Rafale passée par l'Indonésie en février n'étant pas encore entrée en vigueur, n'est pas comptabilisée dans les comptes semestriels. Malgré tout, Eric Trappier a fait état d'un "contexte de difficultés de la supply chain (les fournisseurs) et d’un marché de l’emploi tendu et concurrentiel, conséquences de la guerre en Ukraine et de la persistance de l’épidémie de Covid-19".

"L’impact de ces deux crises majeures génère des incertitudes sur les approvisionnements d’énergie, de composants électroniques et de matières, entraînant une hausse de l’inflation (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Comment Amazon veut se faire une place de choix dans la médecine
Fret : que cachent les grandes manœuvres de Rodolphe Saadé, patron de CMA CGM ?
Le timbre rouge de La Poste disparaîtra début 2023
Publicis se félicite de résultats "historiques" au premier semestre
CAC 40 : la Bourse de Paris attendue proche de l'équilibre avant la réunion de la BCE

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles