Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 665,21
    +397,52 (+0,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 448,74
    -19,36 (-1,32 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

Défense : c'est quoi ce bouclier antimissile européen voulu par Emmanuel Macron ?

UNSPLASH

Dans un contexte international marqué par les guerres entre l’Ukraine et la Russie, et Israël et le Hamas, l’Europe doit muscler sa défense. Lors de son discours à la Sorbonne, jeudi 25 avril, Emmanuel Macron a appelé à créer une «initiative européenne de défense», en lançant notamment l’idée d’un bouclier antimissile commun. Une déclaration inattendue de la part du chef de l’État, étant donné que l’Europe œuvre déjà sur un projet de ce type avec le «Sky Shield», souligne le journal Les Échos, ce vendredi 26 avril.

Depuis deux ans, cette initiative est portée par l’Allemagne et fait l’objet de vives critiques de la part de la France, qui a refusé de s’y joindre. Son objectif est de créer une bulle de défense aérienne et antimissile européenne en mutualisant l'acquisition d'équipements communs, précisent nos confrères. Ce futur «bouclier du ciel» européen repose sur le système antiaérien IRIS-T allemand pour la défense aérienne de courte portée, sur le système Patriot américain pour la moyenne portée et sur Arrow 3, le système américano-israélien, pour la longue portée.

Or, si une vingtaine de pays du Vieux Continent ont adhéré à ce projet, l’Hexagone s’y est toujours opposé. La France juge que l'industrie de défense européenne, hors allemande, n'est pas impliquée dans l'initiative, explique le journal économique. Autres griefs : le projet ne comporte aucun équipement français et le fonds d’aide à l’acquisition d’armement commun, EDIRPA, n’a pas été utilisé. En outre, les systèmes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

«Le char du futur» : à quoi ressemblera l'armement franco-allemand de demain ?
Dette souveraine : «Le bilan de l'entreprise France n'est pas si négatif», selon Alain Lemasson
Bronchiolite : l’efficacité du Beyfortus confirmée par deux nouvelles études, en route vers une saison 2 ?
Panneaux solaires : «Ma priorité est de replacer les salariés licenciés de Systovi» (Paul Toulouse)
«C'est tout qui part en éclats»... des panneaux solaires menacent l’activité de ces apiculteurs