La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 495,83
    -61,57 (-0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 730,32
    -47,06 (-1,25 %)
     
  • Dow Jones

    33 708,21
    -290,83 (-0,86 %)
     
  • EUR/USD

    1,0044
    -0,0048 (-0,47 %)
     
  • Gold future

    1 761,70
    -9,50 (-0,54 %)
     
  • BTC-EUR

    21 285,31
    -2 081,08 (-8,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    507,80
    -33,80 (-6,24 %)
     
  • Pétrole WTI

    90,00
    -0,50 (-0,55 %)
     
  • DAX

    13 544,52
    -152,89 (-1,12 %)
     
  • FTSE 100

    7 550,37
    +8,52 (+0,11 %)
     
  • Nasdaq

    12 698,86
    -266,48 (-2,06 %)
     
  • S&P 500

    4 228,46
    -55,28 (-1,29 %)
     
  • Nikkei 225

    28 930,33
    -11,77 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 773,03
    +9,12 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,1825
    -0,0108 (-0,90 %)
     

La croissance rebondit de manière inattendue... mais l’inflation poursuit sa hausse

© AURORE MESENGE / AFP

L’Insee a publié vendredi une première estimation du produit intérieur brut (PIB) au deuxième trimestre de 2022. Alors que la croissance au deuxième trimestre était attendue à 0,2 % par la Banque de France et à 0,25 % par l’Institut national de la statistique, elle s'est finalement établie à 0,5 % par rapport au premier trimestre. Mais, toujours selon l'Insee, l'indice des prix à la consommation vient de franchir la barre des 6 %, pour atteindre les 6,1 % sur un an. Sur le PIB, Ana Boata, directrice de la recherche économique chez Allianz Trade déclare : « C’est une bonne surprise, mais il faut regarder les détails ». Elle s’inquiète notamment de la faiblesse persistante de la consommation des ménages, qu’elle attribue aux tensions sur le pouvoir d’achat liées à la forte inflation.

Selon Gilles Moëc, chef économiste du groupe Axa, « Le fait que la consommation soit encore en baisse malgré une politique de soutien généreuse est révélateur ». En effet, malgré les dizaines de milliards de dispositifs d’aides de la part du gouvernement, le soutien budgétaire « peine à compenser l’érosion des revenus réels et/ou la perte de confiance des consommateurs dans un environnement difficile ».

Un grand écart entre les importations et les exportations

La bonne tenue de l’économie française au deuxième trimestre s’explique par une contribution nettement positive du commerce extérieur à la croissance. Selon la première estimation de l’Insee, les importations ont reculé de 0,6 % au deuxième ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles