La bourse ferme dans 47 min
  • CAC 40

    6 516,89
    -40,51 (-0,62 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 738,48
    -38,90 (-1,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 772,72
    -226,32 (-0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,0045
    -0,0047 (-0,46 %)
     
  • Gold future

    1 763,90
    -7,30 (-0,41 %)
     
  • BTC-EUR

    21 343,86
    -2 155,08 (-9,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    509,06
    -32,54 (-6,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,04
    +0,54 (+0,60 %)
     
  • DAX

    13 573,36
    -124,05 (-0,91 %)
     
  • FTSE 100

    7 557,51
    +15,66 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    12 740,59
    -224,75 (-1,73 %)
     
  • S&P 500

    4 238,46
    -45,28 (-1,06 %)
     
  • Nikkei 225

    28 930,33
    -11,81 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 773,03
    +9,12 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,1810
    -0,0123 (-1,03 %)
     

Crédit Agricole voit ses profits rester stables au deuxième trimestre

Comme l'année précédente à la même période, le groupe bancaire Crédit Agricole a enregistré un bénéfice net de 2,8 milliards d'euros au deuxième trimestre, la hausse des charges et du coût du risque ayant effacé en grande partie la progression des revenus, selon un communiqué diffusé ce jeudi 4 août. Après un premier trimestre un peu moins bon qu'en 2021, la banque mutualiste enregistre sur l'ensemble du premier semestre un bénéfice net en baisse de 9,4%, à 4,1 milliards d'euros. Sur le trimestre, le produit net bancaire, équivalent du chiffre d'affaires pour le secteur, s'est élevé à 10,12 milliards, en hausse de 8,8%.

Mais les charges ont augmenté de 6,3% sur un an à 5,5 milliards d'euros, et le coût du risque de crédit, c'est-à-dire les sommes provisionnées pour faire face aux éventuels impayés, de 38,1% à 615 millions d’euros. Cette augmentation du coût du risque s'explique notamment "par des provisions sur encours sains sur la globalité des métiers pour tenir compte des impacts indirects de la guerre, de l’augmentation de l’inflation et des effets anticipés sur le pouvoir d’achat, ainsi que d’une normalisation du coût du risque avéré", selon le communiqué.

Autrement dit, après le "quoi qu'il en coûte" de la pandémie de Covid-19, qui s'était traduit par un nombre de faillites historiquement bas, les premiers effets post-crise commencent à se faire sentir, même si selon Jérôme Grivet, directeur général adjoint de Casa, qui s'est exprimé en conférence de presse, "il n'y a pas (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Après des profits record, Shell offre une belle prime à ses employés
Affaire Assu 2000 : un Français mis en examen au Maroc
Pétrole : après TotalEnergies, BP annonce aussi des profits colossaux
Activision Blizzard, en cours de rachat par Microsoft, voit ses ventes de consoles et PC chuter
Vinci s'implante au Mexique

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles