Marchés français ouverture 8 h 55 min
  • Dow Jones

    34 152,01
    +239,61 (+0,71 %)
     
  • Nasdaq

    13 102,55
    -25,55 (-0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 868,91
    -2,87 (-0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0172
    +0,0007 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    19 830,52
    -210,38 (-1,05 %)
     
  • BTC-EUR

    23 541,02
    -258,61 (-1,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    569,15
    -2,76 (-0,48 %)
     
  • S&P 500

    4 305,20
    +8,06 (+0,19 %)
     

Covid-19 : le réseau avait vendu près de 7.000 faux pass sanitaires

Les profiteurs de la crise sanitaire commencent à devoir rendre des comptes. Neuf personnes qui avaient édité et vendu près de 7.000 faux pass sanitaires ont été interpellées fin juin et font l'objet de convocations devant un juge d'instruction, a-t-on appris lundi auprès de la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Nancy.

Ces personnes, "un hacker et huit revendeurs", ont été arrêtées en région parisienne, dans les environs de Lyon et dans la Drôme, a précisé la Jirs dans un communiqué.

Deux d'entre elles sont déjà incarcérées pour d'autres affaires et "certains des mis en cause sont déjà connus de la justice pour des atteintes à un système de traitement automatisé de données", ont ajouté les magistrats nancéiens.

Entre le 31 août et le 10 septembre 2021, ils avaient piraté les comptes de 15 pharmaciens implantés dans la région Grand Est en exploitant "une faille de sécurité sur le site internet de l'ordre des pharmaciens".

"Douze des quinze comptes piratés ont servi à éditer de faux pass", a expliqué la Jirs, ajoutant que l'ordre des pharmaciens avait porté plainte.

Ce piratage avait permis aux neuf individus de revendre 6.927 faux pass sanitaires, pour des prix allant de 100 à 400 euros, "générant un bénéfice criminel important".

Le parquet de la Jirs avait ouvert une enquête préliminaire en novembre 2021 et un juge d'instruction avait été saisi le 4 mars. Interpellés puis placés en garde à vue fin juin, les neuf mis en cause comparaîtront "prochainement" devant un (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Renationalisation d'EDF : l'État pourrait payer plus de 8 milliards d'euros
Le déficit de la Sécu pour 2022 revu à 16,8 milliards d'euros, mieux que prévu
La hausse des taux de crédit immobilier fait des dégâts, bonne nouvelle pour les salariés des services à la personne… Le flash éco du jour
Le dispositif "Oui pub" finalement reporté dans ces villes
L'Assemblée nationale rejette la motion de censure défendue par la Nupes

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles