La bourse ferme dans 24 min
  • CAC 40

    5 611,29
    -5,98 (-0,11 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 604,29
    +1,62 (+0,04 %)
     
  • Dow Jones

    30 927,22
    +112,96 (+0,37 %)
     
  • EUR/USD

    1,2132
    +0,0048 (+0,40 %)
     
  • Gold future

    1 838,10
    +8,20 (+0,45 %)
     
  • BTC-EUR

    30 787,29
    +614,30 (+2,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    739,85
    +24,66 (+3,45 %)
     
  • Pétrole WTI

    53,06
    +0,70 (+1,34 %)
     
  • DAX

    13 853,18
    +4,83 (+0,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 726,74
    +6,09 (+0,09 %)
     
  • Nasdaq

    13 106,22
    +107,71 (+0,83 %)
     
  • S&P 500

    3 788,82
    +20,57 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 633,46
    +391,25 (+1,39 %)
     
  • HANG SENG

    29 642,28
    +779,51 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3617
    +0,0030 (+0,22 %)
     

Covid-19: qui est Alain Fischer, l'immunologue choisi pour incarner la campagne de vaccination?

Clarisse Martin et Anne Saurat-Dubois
·3 min de lecture
Alain Fischer, Jean Castex et Olivier Véran jeudi lors de la conférence de presse sur la campagne vaccinale. - BENOIT TESSIER / POOL / AFP
Alain Fischer, Jean Castex et Olivier Véran jeudi lors de la conférence de presse sur la campagne vaccinale. - BENOIT TESSIER / POOL / AFP

L'exécutif a trouvé son "M. Vaccin" en la personne d'Alain Fischer, selon nos informations, confirmées par Jean Castex ce jeudi lors de la conférence de presse autour du Covid-19. Le médecin est professeur d'immunologie, cette branche de la biologie qui a trait au système immunitaire, avec une spécialisation pédiatrique.

Création d'un Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale

Au cours de la conférence de presse de jeudi soir, Jean Castex a précisé le rôle d'Alain Fischer, indiquant qu'un "Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, chargé d'appuyer le gouvernement" en la matière, allait être créé.

"J'ai demandé au professeur Alain Fischer de présider ce Conseil d'orientation et je le remercie vivement d'avoir accepté", a ajouté le chef du gouvernement.

Un CV étoffé

Alain Fischer, 71 ans, est membre du conseil de surveillance de la Fondation pour la recherche médicale. Selon le site internet de la structure, le médecin, membre de droit désigné par le ministère de la Santé, a exercé à l'hôpital parisien Necker et enseigné à l'université Paris-Descartes.

D'après cette même source, il est par ailleurs membre titulaire de l'Académie des sciences et de l'Académie nationale de médecine. Il a également occupé la chaire de médecine expérimentale au Collège de France entre 2013 et jusqu'à cette année.

Alain Fischer est également directeur de recherche à l'Inserm et directeur de l'institut des maladies génétiques Imagine, indique l'Agence France-Presse. Il est mondialement reconnu comme le pionnier des thérapies géniques pour les enfants nés avec un déficit immunitaire, dits enfants-bulles.

Une mission auprès de Marisol Touraine en 2016

En 2016, Marisol Touraine, alors ministre de la Santé, s'était déjà appuyée sur ce médecin pour présider le comité d'orientation d'une grande concertation citoyenne sur la vaccination, destinée à répondre à la "défiance" croissante d'une partie de la population, rappelle l'AFP.

Alors que sa désignation par le gouvernement n'était pas encore connue, le médecin a accordé un entretien au Figaro, mis en ligne mercredi soir, au cours duquel il a notamment souligné l'importance de la rigueur dans l'évaluation des vaccins.

"Certes, la recherche a été menée à une vitesse époustouflante depuis le début de l’épidémie, mais la phase de l’évaluation des vaccins doit être aussi rigoureuse que par le passé", a-t-il plaidé dans les colonnes du quotidien.

"Établir la confiance"

La désignation d'une personnalité pour incarner la stratégie vaccinale a entre autres été pilotée par Emmanuel Macron, qui, selon nos informations, a reçu les candidats.

Alain Fischer a fait sa première apparition publique à ce titre ce jeudi soir, lors de la conférence de presse hebdomadaire du gouvernement, alors que le calendrier vaccinal s'accélère avec les recommandations formulées par la Haute autorité de santé lundi, qui préconise d'agir en cinq phases et de vacciner de prime abord les personnes âgées pensionnaires d'un Ehpad.

"Pour que cette vaccination soit efficace, il faut établir la confiance, et cette confiance ne peut pas être une injonction verticale émanant des autorités de l'État", a averti l'immunologue.

Article original publié sur BFMTV.com