Marchés français ouverture 44 min
  • Dow Jones

    31 802,44
    +306,14 (+0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 609,16
    -310,99 (-2,41 %)
     
  • Nikkei 225

    29 027,94
    +284,69 (+0,99 %)
     
  • EUR/USD

    1,1868
    +0,0015 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    28 524,68
    -16,15 (-0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    45 297,70
    +2 063,61 (+4,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 082,56
    +58,35 (+5,70 %)
     
  • S&P 500

    3 821,35
    -20,59 (-0,54 %)
     

Le couvre-feu "ne freine pas suffisamment" le Covid-19, un "confinement très serré" pas exclu

·1 min de lecture

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a fait savoir que l'exécutif étudiait «différents scénarios» face à l'efficacité non suffisante du couvre-feu à 18 heures sur la progression du Covid-19.

Le couvre-feu instauré à 18h «ne freine pas suffisamment» la propagation du virus du Covid-19 pour être «pleinement efficace», a déclaré mercredi Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement qui, a-t-il dit, étudie des «différents scénarios». Ces «scénarios» vont «du maintien du cadre actuel jusqu'à un confinement très serré», a-t-il précisé à l'issue du conseil des ministres ayant suivi un conseil de défense sanitaire à l'Elysée.

Le président Emmanuel Macron a demandé «des analyses supplémentaires» sur ces différents scénarios avant de prendre des décisions, a précisé Gabriel Attal. Mais «le maintien du cadre actuel paraît peu probable», selon le porte-parole, qui a promis «une concertation avec le Parlement et les syndicats» dans les prochains jours.

"Une efficacité relative"

Le couvre-feu a, selon lui, «une efficacité relative, qui est réelle mais qui n'est pas suffisante à ce stade». Elle «ralentit la progression du virus», mais ce dernier «continue à progresser» tandis que «les variants se développent à un rythme important», a-t-il expliqué.

L'épidémie, a-t-il rappelé, a atteint «un plateau haut», avec «une incidence qui augmente et une pression sur l'hôpital qui augmente». Le porte-parole a également reconnu qu'il y avait «une lassitude chez beaucoup de Français» et «chez nos soignants» face à la crise sanitaire.


Retrouvez cet article sur Paris Match