La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 169,41
    +3,69 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,84
    +1,01 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,03 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1905
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 744,10
    -14,10 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    51 074,85
    +1 830,74 (+3,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 235,89
    +8,34 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    59,34
    -0,26 (-0,44 %)
     
  • DAX

    15 234,16
    +31,48 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    6 915,75
    -26,47 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,88 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 768,06
    +59,08 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    28 698,80
    -309,27 (-1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,3706
    -0,0029 (-0,21 %)
     

Coronavirus: Tests bientôt demandés à la frontière entre la Moselle et l'Allemagne

·1 min de lecture

PARIS (Reuters) - Un test antigénique de moins de 48h sera demandé pour passer la frontière entre la Moselle et l’Allemagne, qui a placé le département français en zone à risque maximale en raison de la circulation de variants du COVID-19, a annoncé dimanche soir le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes.

"Nous avons négocié avec les Allemands pour que les passages restent permis, pour que ces tests soient des tests antigéniques, plus rapides, plus faciles à faire", a déclaré Clément Beaune sur BFM TV.

Les contrôles se feront de façon aléatoire et pas aux points de passage de la frontière afin d'éviter de pénaliser la vie locale, a-t-il précisé.

Ces tests seront obligatoires à partir de mardi, a indiqué la préfecture de Moselle à destination, notamment, des 16.000 travailleurs français qui se rendent chaque jour en Allemagne.

Clément Beaune s'est réjoui que les négociations avec Berlin aient pu éviter une fermeture de la frontière, un sujet évoqué dans la semaine par le président Emmanuel Macron et la chancelière Angela Merkel.

Le Premier ministre français, Jean Castex, a annoncé jeudi que la Moselle, un des 20 départements placés sous surveillance, comptait 60% de cas de variant sud-africain, plus contagieux et potentiellement plus résistant aux vaccins, un chiffre qui inquiète à Paris comme à Berlin.

Le président de la région Grand-Est, Jean Rottner, avait jugé "unilatérale" et "extrêmement brutale" la décision de l'Allemagne de classer la Moselle en zone à risque maximal.

L'Allemagne a mis en place des contrôles de douane systématiques avec la République tchèque et le Tyrol autrichien.

(Tangi Salaün et Elizabeth Pineau)