La bourse ferme dans 6 h 2 min
  • CAC 40

    6 738,60
    +0,05 (+0,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,02
    +13,30 (+0,34 %)
     
  • Dow Jones

    34 589,77
    +737,24 (+2,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0446
    +0,0038 (+0,37 %)
     
  • Gold future

    1 792,60
    +32,70 (+1,86 %)
     
  • BTC-EUR

    16 377,98
    +86,48 (+0,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    405,12
    +4,42 (+1,10 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,76
    +0,21 (+0,26 %)
     
  • DAX

    14 449,35
    +52,31 (+0,36 %)
     
  • FTSE 100

    7 577,21
    +4,16 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 468,00
    +484,22 (+4,41 %)
     
  • S&P 500

    4 080,11
    +122,48 (+3,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 226,08
    +257,09 (+0,92 %)
     
  • HANG SENG

    18 736,44
    +139,21 (+0,75 %)
     
  • GBP/USD

    1,2142
    +0,0080 (+0,66 %)
     

La COP 27 s'ouvre avec l'épineuse question des dédommagements financiers demandés par les pays du Sud

European Parliament / Wikimedia Commons

La conférence mondiale de l'ONU sur le climat s'est ouverte ce dimanche 6 novembre à Charm el-Cheikh en Egypte pour tenter de donner un nouveau souffle à la lutte contre le réchauffement climatique et ses impacts, pour lesquels les pays du Sud réclament des dédommagements financiers, un sujet épineux qui sera officiellement au menu des discussions. "Mettons en oeuvre ensemble (nos engagements), pour l'humanité et notre planète", a lancé le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukri, qui préside la COP27, devant les délégués du monde entier. "Nous devons être clairs, aussi difficile que soit le moment actuel, l'inaction équivaut à de la myopie et ne peut que retarder la catastrophe climatique", a affirmé de son côté le président sortant de la précédente COP à Glasgow, Alok Sharma.

Cette 27e conférence de l'ONU sur le climat (COP27), rassemble quelque 200 pays pour deux semaines, au chevet d'une planète frappée par les catastrophes: inondations historiques au Pakistan, canicules à répétition en Europe, ouragans, incendies, sécheresses... Des catastrophes pour lesquelles les pays du Sud réclament désormais des dédommagements financiers. Cette question délicate des "pertes et dommages" a été officiellement ajoutée à l'ordre du jour des discussions à Charm el-Cheikh lors de la cérémonie d'ouverture, alors qu'elle ne devait jusqu'alors faire l'objet que d'un "dialogue", prévu jusqu'en 2024. "Cette inclusion à l'agenda reflète un sens de la solidarité et de l'empathie pour (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Inflation : les supermarchés et industriels ont rogné leurs marges pour contenir les prix de l'alimentaire
Pression, burn-out... La quête d'une IA responsable se fait au détriment des experts
Transport en Île-de-France : Valérie Pécresse demande à la RATP un retour à 100% de l'offre d'avant-Covid
Pour Bruno Le Maire, l'UE doit apporter une réponse "unie et forte" face aux subventions massives des Etats-Unis
Jour J pour l'aide au fioul, une escroquerie massive de Bitcoin, les “métiers en tension”... Le flash éco du jour