La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 262,96
    -175,30 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    11 311,51
    -213,04 (-1,85 %)
     
  • Nikkei 225

    27 049,47
    +178,20 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,0533
    -0,0054 (-0,51 %)
     
  • HANG SENG

    22 418,97
    +189,45 (+0,85 %)
     
  • BTC-EUR

    19 621,86
    -263,47 (-1,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    449,84
    -0,23 (-0,05 %)
     
  • S&P 500

    3 860,57
    -39,54 (-1,01 %)
     

Cinéma : Netflix, bouc émissaire trop facile de la chute des entrées

“Netflix m’a tuer”. Tel est le coupable idéal pointé par les exploitants de salles de cinéma pour expliquer la désaffection du public actuelle. Depuis la suppression des dernières restrictions (passe vaccinal) mi-mars, les entrées restent en recul d’un quart par rapport à 2019. Les salles d’art et essai, pour démontrer la culpabilité des services de vidéo-à-la-demande, ont même commandé un sondage montrant qu’ils sont de plus en plus utilisés. En réalité, si les plates-formes sont en partie responsables de la désertion des salles, elles ne sont pas l’unique coupable. Et les exploitants, en les prenant comme unique bouc émissaire, évitent ainsi toute autocritique sur les autres causes dont ils sont responsables. Revue de détail.

Selon une étude menée en avril par GroupM, les tarifs restent le frein principal : 54% des Français déclarent ne pas aller plus souvent au cinéma car “les prix sont trop élevés”, et 77% jugent que c’est "devenu un loisir beaucoup trop cher". Pour sa part, un sondage commandé par le Centre national du cinéma (CNC) cite le “prix trop cher” comme la seconde explication à la désaffection des salles, avancée par 36% de ceux qui vont moins en salles (la première cause étant “la perte d’habitude d’aller au cinéma”). De manière surprenante, ce sont surtout les CSP+ (42% d’entre eux) qui se plaignent de cette cherté, plus que les inactifs (31%). Le prix est aussi décrié surtout par les 35-49 ans, plus que par les jeunes. Et le problème est aggravé par l’inflation, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Personnaliser l’accompagnement des petites entreprises
Grèves Ryanair : le patron se moque des syndicats de "Mickey"
Les risques s’accumulent, la Fed risque de changer son fusil d'épaule : le conseil Bourse
EcoVadis rejoint le petit club des licornes françaises en levant 500 millions d'euros
Comment un A330 pourrait être transformé en yacht de luxe avec véranda rétractable

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles