La bourse ferme dans 2 min
  • CAC 40

    7 096,77
    -0,44 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 163,26
    -14,75 (-0,35 %)
     
  • Dow Jones

    33 907,73
    -70,35 (-0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,0867
    -0,0007 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 940,00
    -5,60 (-0,29 %)
     
  • BTC-EUR

    21 346,54
    -495,66 (-2,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    524,68
    -13,19 (-2,45 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,71
    +0,03 (+0,04 %)
     
  • DAX

    15 146,47
    -3,56 (-0,02 %)
     
  • FTSE 100

    7 788,79
    +23,64 (+0,30 %)
     
  • Nasdaq

    11 476,04
    -145,67 (-1,25 %)
     
  • S&P 500

    4 043,50
    -27,06 (-0,66 %)
     
  • Nikkei 225

    27 433,40
    +50,84 (+0,19 %)
     
  • HANG SENG

    22 069,73
    -619,17 (-2,73 %)
     
  • GBP/USD

    1,2374
    -0,0021 (-0,17 %)
     

Chine : une centaine d'employés du géant Tencent licenciés pour fraude

Wikimedia Commons

Soupçons de fraude au sein de Tencent. Le géant chinois de l'internet a annoncé lundi 16 janvier avoir licencié une centaine d'employés pour avoir enfreint ses règles anti-fraude, certains étant accusés de corruption et détournement de fonds. Cotée à Hong Kong, l'entreprise est numéro un mondial des jeux vidéo et incontournable en Chine grâce à son application WeChat (messagerie, paiement en ligne, réseau social), présent sur la quasi-totalité des téléphones. Mais elle a souffert depuis 2020 du tour de vis des autorités chinoises sur les principaux acteurs de la tech. Dans un communiqué, le groupe - qui a publié en novembre un nouveau repli de son chiffre d'affaires trimestriel - dit avoir découvert que plus de 100 de ses employés avaient violé ses règles anti-fraude.

Une dizaine d'entre eux ont été signalés aux autorités, accusés de "corruption ou abus de fonctions". "En réponse aux problèmes de corruption et de fraude au sein de l'entreprise, le service d'enquête anti-fraude de Tencent a renforcé sa lutte" contre les contrevenants, indique le communiqué. "Le nombre de cas et d'employés faisant l'objet d'une enquête en 2022 a augmenté, en comparaison avec 2021", précise-t-il. Une partie des salariés accusés de corruption et licenciés appartenait à la branche PCG du groupe, chargée de la diffusion de contenus (informations, sports, films...). D'autres travaillaient dans la finance et l'informatique en nuage ("cloud computing").

Un employé a notamment été reconnu coupable d'"avoir (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Disney+ : Camélia Jordana, premier rôle dans une série
Go Sport : audience cruciale ce lundi pour l'enseigne
4 bonnes raisons de choisir une solution d’impression clé en main pour votre entreprise
Immobilier, Covid-19… “l’économie de la Chine amorce un virage à 180 degrés”
Decathlon : appel au débrayage pour une hausse des salaires