La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1320
    +0,0108 (+0,96 %)
     
  • Gold future

    1 785,50
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    48 166,41
    -3 201,09 (-6,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3338
    +0,0018 (+0,14 %)
     

Le chiffre du jour. Le Credit Suisse va payer pour l’affaire des “tuna bonds” au Mozambique

·1 min de lecture

La banque suisse a accepté de plaider coupable devant la justice américaine dans l’affaire des crédits occultes accordés au Mozambique en 2013-2014. Elle versera environ 275 millions de dollars pour mettre fin aux poursuites judiciaires aux États-Unis et 200 millions supplémentaires dans le cadre d’une procédure parallèle au Royaume-Uni.

Credit Suisse a trouvé un accord de “non-poursuite” avec les autorités américaines, ce mardi 19 octobre, raconte Le Temps. La banque accepte de payer environ 275 millions de dollars (environ 240 millions d’euros) pour clore l’affaire dite des “tuna bonds”, du nom de la dette cachée contractée par des entreprises publiques du Mozambique au début des années 2010, censée financer notamment le développement de la pêche au thon. Une somme qui s’additionne aux 200 millions de dollars versés dans le cadre d’une procédure parallèle menée par les autorités britanniques et à l’annulation de la dette d’un même montant contractée par le pays du sud-est de l’Afrique.

La banque a “gravement contrevenu aux exigences posées en matière d’organisation ainsi qu’à l’obligation de communiquer posée par la législation de lutte contre le blanchiment d’argent”, souligne de son côté l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma). L’institution exigera désormais de l’établissement suisse qu’il soumette à des conditions “l’ouverture de nouveaux crédits aux pays financièrement faibles”.

À lire aussi: Terrorisme. Mozambique : Total suspend son mégaprojet, et c’est toute l’économie qui tangue

Une escroquerie à l’origine d’une crise économique

Sur les deux milliards de dollars de prêts, 200 millions auraient été détournés par les personnes inculpées, selon l’acte d’accusation, mais les montants escroqués pourraient être bien plus

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles