Publicité
Marchés français ouverture 2 h 58 min
  • Dow Jones

    37 735,11
    -248,13 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    15 885,02
    -290,08 (-1,79 %)
     
  • Nikkei 225

    38 326,77
    -906,03 (-2,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,0615
    -0,0011 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    16 291,96
    -308,50 (-1,86 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 417,58
    -2 028,41 (-3,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    5 061,82
    -61,59 (-1,20 %)
     

Casino : le plan de sauvegarde validé par le tribunal de commerce

Le tribunal de commerce de Paris a rendu sa décision sur le plan de sauvetage du groupe Casino, en grandes difficultés financières.  - Credit:FRED SCHEIBER/SIPA / SIPA / FRED SCHEIBER/SIPA
Le tribunal de commerce de Paris a rendu sa décision sur le plan de sauvetage du groupe Casino, en grandes difficultés financières. - Credit:FRED SCHEIBER/SIPA / SIPA / FRED SCHEIBER/SIPA

Le tribunal de commerce de Paris a validé lundi le plan de sauvegarde du distributeur Casino, selon le jugement consulté lundi par l'Agence France-Presse. Comme prévu, Casino va donc pouvoir changer d'actionnaires. Sans ce feu vert, c'était la liquidation judiciaire pour Casino et ses 50 000 salariés. Casino va être désormais contrôlé par un consortium formé par l'homme d'affaires tchèque Daniel Kretinsky (présent chez Editis ou Fnac Darty) et par le Français Marc Ladreit de Lacharrière.

Le duo est aussi appuyé par un fonds d'investissement britannique. Ils vont mettre 1,2 milliard euros d'argent frais sur la table pour restructurer l'endettement du groupe devenu intenable. Le groupe était étranglé par une dette de 6,4 milliards d'euros à fin 2022. Il s'agit d'« une étape très importante, Casino est sauvé mais pas sans conséquences. Il va falloir réorganiser le groupe et lui donner les moyens de redécoller », a estimé le consortium.

À LIRE AUSSI Casino : à Saint-Étienne, les salariés ne croient plus aux miracles

Près de 300 magasins cédés

Le groupe, qui employait encore 200 000 salariés dans le monde, dont 50 000 en France à la fin de 2022, a signé en juillet 2023 un accord prévoyant la restructuration d'une dette insoutenable, avec un changement d'actionnariat à horizon mars-avril 2024. Mais dans l'intervalle, les performances commerciales ne se sont pas beaucoup améliorées et le groupe, encore dirigé pour quelques mois par Jean-Charles Naouri, a dû revoir pl [...] Lire la suite