La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 094,61
    -205,72 (-1,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Les cantines scolaires asphyxiées par la hausse des prix, des milliers d'emplois menacés

WavebreakmediaMicro/Adobe Stock

Elles servent chaque jour près de 3,2 millions de repas, et pourtant, elles ne parviennent plus à joindre les deux bouts en raison de la hausse des prix des denrées alimentaires. Les entreprises de la restauration scolaire appellent à l'aide, dans une tribune publiée en partie ce samedi 5 novembre par nos confrères du Parisien. Acculées par l'inflation des prix et des factures d'énergie, elles demandent 9 % d'augmentation par rapport aux prix pratiqués au 1er janvier 2022 d'ici la fin de l'année aux collectivités qui les emploient. Car "à chaque repas servi dans une cantine, les entreprises de notre secteur perdent de l’argent", écrit le Syndicat national de la restauration collective (SNRC) dans sa tribune qui sera publiée en totalité lundi prochain.

Selon un responsable d'un grand groupe interrogé par le quotidien, les prix des denrées alimentaires auraient augmenté de 7% au début de l'été, jusqu'à atteindre les 13% de hausse en octobre. Or, plus de 90% des contrats n'auraient "pas été revalorisés à un prix équitable depuis le début de l'année", déplore Anne-Laure Desclèves, porte-parole du SNRC, sur Franceinfo ce samedi 5 novembre. En pratique, il est difficile de modifier un contrat en cours. "Quand vous passez un contrat public avec une collectivité, vous vous engagez pour plusieurs années, vous n'avez pas la possibilité de modifier les prix", a expliqué la porte-parole. Mais la situation actuelle, avec des "inflations alimentaires" exceptionnelles, nécessite de pouvoir (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Guerre en Ukraine : des condamnés à de lourdes peines bientôt dans les rangs des soldats russes
Paris sportifs : l'Arcom durcit les règles encadrant la publicité sur les plateformes de streaming et de replay
La COP 27 s'ouvre avec l'épineuse question des dédommagements financiers demandés par les pays du Sud
Des trains 100% équipés de batteries lithium-ion pour les lignes non électrifiées ?
COP27 : Les banques doivent "cesser de soutenir le développement du charbon, du pétrole et du gaz", exhortent 14 maires de grandes villes