Marchés français ouverture 4 h 23 min
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    29 666,30
    +23,61 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,1956
    -0,0020 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    28 811,81
    +18,67 (+0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    52 850,30
    -317,11 (-0,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 399,68
    +18,74 (+1,36 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     

Candidature. Arora Akanksha, la Canadienne qui veut devenir secrétaire générale de l’ONU

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Une employée canadienne du Programme des Nations unies pour le développement crée l’événement à New York en faisant campagne pour succéder au secrétaire général de l’ONU António Guterres. Même si ses chances d’aboutir semblent quasi inexistantes, Arora Akanksha y croit.

Une Canadienne à la tête de l’Organisation des Nations unies ? C’est le rêve d’Arora Akanksha. Cette femme de 34 ans a posté sur Twitter sa candidature et lancé un site web pour sa campagne nommée UNOW, financée par un budget personnel de quelque 25 000 euros. Celle qui n’a aucune expérience diplomatique, confie-t-elle à La Presse, compte approcher le Canada pour qu’il la nomme officiellement. “Je souhaite tout d’abord donner une chance au pays de me connaître.”

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Qui est Arora Akanksha ?

Le quotidien montréalais rappelle qu’elle est née en Inde dans une famille de réfugiés pakistanais et a grandi en Arabie saoudite avant de déménager à l’âge de 18 ans au Canada. Elle est diplômée en études administratives à l’université York de Toronto et a obtenu à New York une maîtrise en administration publique à l’université Columbia. Après avoir été gestionnaire chez PricewaterhouseCoopers (PwC) Canada, elle a été recrutée à l’ONU pour aider aux réformes financières de l’organisation.

À lire aussi: Camouflet. Encore retoqué, le Canada méritait-il un siège au Conseil de sécurité de l’ONU ?

C’est là, annonce-t-elle au New York Times, que “son admiration pour l’organisation s’est rapidement transformée en choc”. Ce choc est survenu, dit-elle, lorsqu’elle a vu un enfant manger de la

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :