Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 402,20
    +211,89 (+0,35 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 379,78
    +48,89 (+3,67 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

CAC 40 : la Bourse de Paris en hausse, en attendant le premier tour des législatives

Chabe01/Wikimedia

La Bourse de Paris évolue en hausse mercredi, restant toutefois toujours prudente sur fond d'incertitudes politique à l'approche du premier tour des élections législatives en France. L'indice vedette CAC 40 avançait de 0,50% vers 09H45, gagnant 38,03 points à 7 700,33 points. La veille, l'indice a reculé de 0,58%, perdant 44,59 points à 7.662,30 points. «Alors que le calendrier macroéconomique est assez léger cette semaine, les marchés sont dans l'attente des élections en France ce week-end», commente Xavier Chapard, stratégiste de LBP AM.

«Les sondages sont stables et les principaux partis ont présenté leurs programmes. Pour autant, les perspectives restent confuses concernant la direction que prendra le pays après les élections législatives», a-t-il poursuivi. «Les interrogations du marché concernant les équilibres budgétaires, mais aussi les mesures économiques à venir continuent de mettre la pression sur les actifs français», détaille Xavier Chapard. Sur le marché obligataire, vers 09H45, le taux français à 10 ans s'établissait à 3,18%, contre 3,16% la veille en clôture et celui de l'Allemagne à 2,42%, contre 2,41%. Cet écart - appelé le «spread» - est un indicateur qui mesure la confiance des investisseurs dans un pays, en l'occurrence, la France. «L'écart de taux entre les obligations souveraines françaises et allemandes a légèrement reflué cette semaine mais reste élevé, autour de 75 points de base» mercredi matin, souligne Xavier Chapard.

La politique monétaire est aussi (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Droits TV du foot, salaire : Vincent Labrune, patron de la LFP, sur le grill des sénateurs
Atos : le come-back de Kretinsky ne rassure ni les salariés, ni les petits actionnaires
Bernard Arnault (LVMH) fait sensation en acquérant des parts de Richemont
Le logement, «un élément essentiel de notre nouvelle stratégie» (Nicolas Namias, BPCE)
Partouche : les profits du géant des casinos presque divisés par trois