La bourse ferme dans 1 h 32 min

Budget militaire : la Chine se renforce fortement

Pixabay

La Chine a annoncé dimanche que son budget de la Défense, le deuxième du monde après celui des États-Unis, augmentera de 7,2% en 2023, une très légère accélération par rapport à l'an dernier. Ce taux de croissance, plus élevé qu'en 2022 (il était de +7,1%) a été annoncé dans un rapport du ministère des Finances publié en marge de l'ouverture de la session annuelle du Parlement.

Pékin prévoit de dépenser 1.553,7 milliards de yuans (225 milliards de dollars) pour sa défense -– ce qui reste environ trois fois inférieur au budget de Washington. Même si le scepticisme entoure ce chiffre, car aucun détail n'est apporté, sa hausse chaque année suscite la méfiance des pays voisins de la Chine ayant des contentieux territoriaux avec elle. C'est notamment le cas de l'Inde - des escarmouches éclatent parfois le long de leur frontière contestée dans l'Himalaya -, du Japon - pour le contrôle des îles Diaoyu/Senkaku -, ou encore des Philippines où des incidents surviennent régulièrement autour de la souveraineté d'îles en mer de Chine méridionale.

Le Premier ministre Li Keqiang a appelé dimanche dans un discours devant le Parlement à "intensifier" les entraînements de l'armée ainsi que "la préparation au combat" et "faire des innovations en matière d'orientations stratégiques". De hauts responsables américains ont récemment accusé la Chine de vouloir attaquer d'ici quelques années Taïwan, île qu'elle revendique, ou encore de gérer une "flotte" de ballons militaires espionnant le monde entier. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

DIRECT - Grève du 7 mars contre la réforme des retraites : 60% de grévistes dans les écoles
"La politique n’est pas un challenge TikTok", le "blocus challenge" d’un député LFI irrite les politiques
"Trimestre anti-inflation" : ce que prévoit le gouvernement pour lutter contre la hausse des prix en supermarchés
La banque centrale suisse (BNS) a essuyé une perte faramineuse en 2022
Retraites : pour Olivier Dussopt, la réforme "ne fera pas de perdants"