Publicité
La bourse ferme dans 4 h 8 min
  • CAC 40

    7 372,87
    -140,86 (-1,87 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 787,83
    -74,04 (-1,52 %)
     
  • Dow Jones

    39 853,87
    -504,23 (-1,25 %)
     
  • EUR/USD

    1,0855
    +0,0012 (+0,11 %)
     
  • Gold future

    2 377,20
    -38,50 (-1,59 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 172,68
    -2 147,50 (-3,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 307,88
    -30,29 (-2,26 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,60
    -0,99 (-1,28 %)
     
  • DAX

    18 167,58
    -219,88 (-1,20 %)
     
  • FTSE 100

    8 105,70
    -47,99 (-0,59 %)
     
  • Nasdaq

    17 342,41
    -654,99 (-3,64 %)
     
  • S&P 500

    5 427,13
    -128,61 (-2,31 %)
     
  • Nikkei 225

    37 869,51
    -1 285,34 (-3,28 %)
     
  • HANG SENG

    17 004,97
    -306,08 (-1,77 %)
     
  • GBP/USD

    1,2876
    -0,0031 (-0,24 %)
     

Bourse : ces dangers qui pourraient faire plonger le CAC 40 et le Nasdaq

D-Keine/Getty Images

La Bourse de Paris a particulièrement souffert la semaine dernière. Et le marché actions européen, relativement plus résistant, lui a tout de même emboîté le pas. En dehors du Vieux Continent, les marchés actions asiatiques et Wall Street ne sont pas non plus insensibles aux craintes liées à la crise politique en France et à l’issue des élections européennes, même si leur réaction a été plus mesurée. Des incertitudes qui s'ajoutent aux aléas majeurs que constituent déjà le rythme de la croissance économique mondiale et l’ampleur des baisses de taux directeurs attendues pour la Fed et la BCE.

Le risque politique en France inquiète la Bourse. Alors que le Rassemblement national (RN) et le Nouveau Front Populaire arrivent en tête dans les sondages, leurs programmes économiques sont jugés très - trop - dépensiers par la communauté financière, alors que l’Hexagone est censé à ce stade chercher à restaurer ses finances publiques, d’autant que l'agence de notation S&P vient de nous sanctionner en abaissant la note de crédit du pays. Le programme du RN «est très dépensier et non financé, avec 110 à 120 milliards d’euros de dépenses nouvelles», observe ABN AMRO Investment Solutions, qui calcule qu’entre les différentes mesures envisagées (réduction de la TVA sur l’énergie et les autres produits de première nécessité, retour de la retraite à 60 ans, etc.), le déficit public de la France «pourrait être porté à 8%», contre 5,5% du PIB en 2023, ce qui serait un niveau a priori anxiogène pour (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Carrefour au tapis en Bourse, l’action plonge après l’offensive de Bercy
JCDecaux : grosse commande publicitaire en Italie pour le métro de Rome
Tesla : concertation sur le salaire colossal d’Elon Musk approuvé par les actionnaires
Bourse : le CAC 40 tente un rebond, malgré l'incertitude de l'avenir politique français
Boeing et Airbus ont-ils été trompés par de faux certificats ?