Marchés français ouverture 8 h 12 min
  • Dow Jones

    34 327,79
    -54,34 (-0,16 %)
     
  • Nasdaq

    13 379,05
    -50,93 (-0,38 %)
     
  • Nikkei 225

    27 824,83
    -259,67 (-0,92 %)
     
  • EUR/USD

    1,2160
    +0,0013 (+0,11 %)
     
  • HANG SENG

    28 194,09
    +166,52 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    35 552,76
    -2 315,50 (-6,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 195,01
    -2,91 (-0,24 %)
     
  • S&P 500

    4 163,29
    -10,56 (-0,25 %)
     

Bougies, discours, fleurs: ces pays qui ont organisé un hommage pour leurs morts du Covid-19

Hugues Garnier
·5 min de lecture
Le président américain Joe Biden et son épouse Jill Biden lors d'un hommage rendu en février aux 500.000 victimes du Covid-19 aux États-Unis. - Alex Wong / Getty Images North America / Getty Images
Le président américain Joe Biden et son épouse Jill Biden lors d'un hommage rendu en février aux 500.000 victimes du Covid-19 aux États-Unis. - Alex Wong / Getty Images North America / Getty Images

Un temps d'"hommage" et de "deuil". Alors que la France a franchi le cap symbolique des 100.000 morts du Covid-19 jeudi, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a assuré la veille qu'un hommage national serait rendu aux victimes de l'épidémie, sans plus de précisions.

"Toutes nos forces sont aujourd'hui lancées dans la bataille contre l'épidémie [...] mais viendra évidemment ce moment de l'hommage et du deuil pour la nation", a évoqué, laconique, le porte-parole du gouvernement.

"Nous n’oublierons aucun visage, aucun nom", a promis jeudi Emmanuel Macron dans un message d'hommage publié sur Twitter. Et le chef de l'État de préciser: "toute notre énergie est aujourd’hui tournée vers la sortie de cette épreuve". Faut-il y voir là l'abandon de tout hommage national? Alors que des proches de victimes du Covid-19 plaident pour un événement à l'échelle du pays, l'opposition s'impatiente et pousse l'exécutif à clarifier sa position. Plusieurs de nos voisins ont d'ores et déjà tenu des cérémonies pour saluer la mémoire de leurs citoyens disparus durant la crise sanitaire.

> Premier hommage en Chine, où le virus est apparu

La Chine a été le premier pays à rendre hommage à ses victimes, et ce, dès le mois d'avril 2020. C'est en effet dans ce pays qu'ont été détectés les premiers cas de contamination au Covid-19, dans la ville de Wuhan, de la province du Hubei, épicentre de l'épidémie.

Le pays tout entier s'est figé pendant trois minutes le 4 avril 2020, pour rendre hommage à ses 3326 victimes du coronavirus. Au total, ce sont 4843 personnes qui ont perdu la vie en Chine à cause du Covid-19, à en croire le bilan officiel des autorités sanitaires chinoises.

> En Espagne, une cérémonie en présence des dirigeants de l'UE

Quelques mois plus tard, c'est l'Espagne qui a à son tour salué la mémoire de ses plus de 28.000 nationaux décédés durant la première vague. Une cérémonie s'est tenue le 16 juillet 2020 devant le Palais royal de Madrid, en présence du roi Felipe VI. Les membres de l'exécutif espagnol mais aussi les anciens Premiers ministres, les dirigeants de l'Union européenne et même le directeur de l'OMS se sont déplacés à cette occasion.

"Nous n'oublierons jamais les victimes. Vous n'êtes pas seuls face à votre douleur", a alors déclaré le roi Felipe VI.

Cet hommage solennel s'est tenu alors même que le pays faisait déjà face à une recrudescence de cas, notamment en Catalogne. Des milliers de drapeaux en hommage aux victimes ont également été plantés en septembre 2020 à Madrid, qui était alors l'épicentre de l'épidémie.

Près de 77.000 morts liées au Covid-19 ont été enregistrées dans le pays depuis le début de la pandémie, faisant de l'Espagne le dixième pays le plus touché par le coronavirus en terme de décès.

> Aux États-Unis, deux hommages présidés par Biden

Le 20 janvier 2021, date de l'investiture de Joe Biden à la présidence des États-Unis, le nouveau locataire de la Maison-Blanche a rendu avec la vice-présidente Kamala Harris un hommage au pied du mémorial d'Abraham Lincoln pour les 400.000 morts américains du virus. 400 lumières avaient été disposées le long du grand bassin de l'esplanade du National Mall, à Washington D.C.

Il n'a ensuite fallu qu'un mois pour que le pays atteigne le triste seuil des 500.000 morts liées au Covid-19. Un bilan qualifié de "déchirant" par Joe Biden; qui a ordonné la mise en berne des drapeaux sur les bâtiments fédéraux. Il s'est ensuite recueilli devant la Maison-Blanche avec son épouse Jill Biden aux côtés de Kamala Harris et de son époux, là où 500 bougies avaient été installées pour symboliser les 500.000 morts.

Les États-Unis restent toujours le pays qui compte le plus de morts. Selon les dernières données de l'université Johns Hokpins, plus de 560.000 personnes ont succombé au virus dans ce pays.

> Une journée en mémoire des victimes en Italie

Le 18 mars 2021, c'est vers l'Italie et plus précisément la ville de Bergame que les caméras se sont tournées. Le président du Conseil des ministres italien Mario Draghi a déposé ce jour-là une couronne de fleurs au cimetière où, un an plus tôt, les images de camions militaires transportant des cercueils avaient fait le tour du globe.

Le Parlement italien a la veille de cette cérémonie une loi instaurant la "Journée en mémoire de toutes les victimes de l'épidémie de coronavirus" et qui sera commémorée tous les 18 mars. Près de 116.000 personnes sont mortes du Covid-19 en Italie depuis le début de la pandémie.

> Minute de silence et excuses de Boris Johnson au Royaume-Uni

De l'autre côté de la Manche, le Royaume-Uni comptabilise 127.000 décès depuis le début de la crise sanitaire en 2020. Le pays a observé fin mars une minute de silence en mémoire de ses morts, un an jour pour jour après le début du premier confinement.

Le cap des 100.000 morts a été franchi en janvier dernier. Le Premier ministre Boris Johnson a alors présenté ses excuses pour "toutes les vies perdues" au Royaume-Uni à cause du Covid-19.

Article original publié sur BFMTV.com