La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    51 978,88
    +301,88 (+0,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3842
    +0,0058 (+0,42 %)
     

Birmanie: Les USA appellent à la libération d'un journaliste d'AP

·1 min de lecture
BIRMANIE: LES USA APPELLENT À LA LIBÉRATION D'UN JOURNALISTE D'AP

WASHINGTON (Reuters) - Les Etats-Unis ont appelé les autorités militaires birmanes à libérer un reporter de l'agence de presse américaine Associated Press (AP) ainsi que cinq autres journalistes, arrêtés alors qu'ils couvraient les manifestations contre le coup d'Etat du 1er février.

Le porte-parole du département d'Etat, Ned Price, s'est dit "révulsé et consterné" par les rapports et les images de la répression des manifestations qui ont fait 38 morts.

Thein Zaw, un journaliste birman travaillant pour AP, fait partie des six journalistes qui ont été arrêtés pour "troubles à l'ordre public" pendant les manifestations.

"Nous sommes très inquiets de voir les attaques et les arrestations auxquelles sont soumis les journalistes", a déclaré Ned Price. "Nous demandons à l'armée de relâcher immédiatement ces personnes et de cesser d'intimider et de harceler les journalistes et d'autres injustement détenus pour avoir simplement fait leur travail."

"Nous appelons tous les pays à s'exprimer d'une même voix pour condamner les violences commises par l'armée birmane contre son peuple et pour faire en sorte qu'elle soit tenue pour responsable de ses actes", a-t-il ajouté.

(Humeyra Pamuk, Doina Chiacu et Simon Lewis; version française Camille Raynaud)