Marchés français ouverture 3 h 26 min
  • Dow Jones

    34 639,79
    +617,75 (+1,82 %)
     
  • Nasdaq

    15 381,32
    +127,27 (+0,83 %)
     
  • Nikkei 225

    27 844,79
    +91,42 (+0,33 %)
     
  • EUR/USD

    1,1302
    -0,0004 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    23 612,43
    -176,50 (-0,74 %)
     
  • BTC-EUR

    50 155,76
    -339,91 (-0,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 442,16
    +3,27 (+0,23 %)
     
  • S&P 500

    4 577,10
    +64,06 (+1,42 %)
     

Benjamin Voisin, bouleversant dans « Illusions perdues » : « Je sais qu’il est dangereux de trop en faire »

·2 min de lecture

Révélé dans « Été 85 », Benjamin Voisin revient désormais à l’écran avec « Illusions perdues », adapté de l’œuvre d’Honoré de Balzac. Bouleversant de justesse, il excelle une nouvelle fois et se raconte au détour d’une interview. Portrait. 

En un long-métrage, il est parvenu à se hisser au rang de jeune talent à suivre du cinéma français, raflant au passage le Prix Lumière de la Meilleure révélation et une nomination pour le César du Meilleur espoir masculin en 2020. Mais il en faut plus pour impressionner Benjamin Voisin, 24 ans, choisi à l’époque par François Ozon pour incarner David dans « Été 85 ». « La seule récompense que je veux, c'est ramener les gens en salles pour qu'ils voient mon travail et mon travail c’est de les divertir et de les émouvoir, se confie-t-il lors de notre rencontre. Tant mieux si des récompenses arrivent, cela fera un trophée pour maman. Tant pis si elles n’arrivent pas. Je préfère que mon film reçoive un prix plutôt que moi en tant qu’acteur. » Désormais, le comédien revient sur le devant de la scène avec le long-métrage de Xavier Giannoli, « Illusions perdues », adapté de l’œuvre d’Honoré de Balzac. Une épopée poignante, empruntée dans la France du XIXe siècle, dans laquelle il renoue avec un classique de la littérature et confirme son talent, né quelques années auparavant sur les planches de théâtre.

Du Cours Florent au grand écran 

Le métier d’acteur, Benjamin Voisin l’a en effet découvert sur les bancs du Cours Florent, où son père enseigne. « Quand je suis monté sur une scène de théâtre pour la première fois, j’ai vu un public un peu fatigué comme moi et qui, d’un coup, se relevait et écoutait ce que...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles