La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1970
    +0,0057 (+0,48 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    -23,10 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    15 045,67
    +194,09 (+1,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3314
    -0,0042 (-0,32 %)
     

La Banque de France anticipe une baisse de 12 % du PIB en novembre

Source AFP
·1 min de lecture
Un restaurant proposant de la vente à emporter en mars dernier à Paris durant le confinement (photo d'illustration).
Un restaurant proposant de la vente à emporter en mars dernier à Paris durant le confinement (photo d'illustration).

Le reconfinement devrait coûter à l'économie française 12 % de son PIB en novembre par rapport à une activité dite « normale », avec des secteurs plus impactés.

C'est une baisse importante, mais moins importante qu'en avril, lors du premier confinement. Selon les prévisions de la Banque de France, le PIB du pays va chuter de 12 % en novembre par rapport à un mois « normal » avec le reconfinement mis en place. « La perte de PIB pour une semaine type d'activité (par rapport au niveau normal d'avant la pandémie) serait de - 12 % en novembre, contre - 4 % en octobre, mais - 31 % en avril », soit au moment du premier confinement dans l'Hexagone, précise la Banque de France dans son enquête mensuelle de conjoncture menée auprès de 8 500 entreprises et publiée lundi.

Face à ce nouveau plongeon attendu de l'économie française, tous les secteurs ne sont pas logés à la même enseigne, prévient toutefois l'institution, certains risquant même de connaître un sort proche du confinement printanier. C'est le cas du commerce non alimentaire, de la restauration traditionnelle et des activités récréatives, où « les perspectives se dégradent fortement ». Sous l'effet des fermetures de commerces sur le territoire et des restrictions de déplacements, les activités de restauration devraient fonctionner à moins de 10 % de leur activité normale, et à moins de 20 % concernant l'hébergement, prévoit la Banque de France.

Lire aussi La grande peur des commerçants lyonnais

Déplacements plus souples

Ces activités sont les plus touchées, devant celles de location (matériel, automobile?) et les loisirs et services à la personne (dont les activités ré [...]

Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :