La bourse ferme dans 1 h 43 min
  • CAC 40

    5 790,11
    +6,70 (+0,12 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 357,24
    +8,64 (+0,26 %)
     
  • Dow Jones

    29 514,00
    -76,41 (-0,26 %)
     
  • EUR/USD

    0,9657
    -0,0031 (-0,32 %)
     
  • Gold future

    1 653,20
    -2,40 (-0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    19 851,43
    +99,00 (+0,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    439,42
    +6,32 (+1,46 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,60
    +0,86 (+1,09 %)
     
  • DAX

    12 308,23
    +24,04 (+0,20 %)
     
  • FTSE 100

    6 978,39
    -40,21 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    10 925,77
    +57,84 (+0,53 %)
     
  • S&P 500

    3 692,29
    -0,94 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • GBP/USD

    1,0861
    +0,0004 (+0,04 %)
     

AXA simule l’incendie d’une Tesla pour prouver que les voitures électriques sont plus fragiles en cas d’accident

Une compagnie d’assurance entend prouver la fragilité des voitures électriques en cas d’accident avec une démonstration lunaire impliquant une Tesla… sans batterie. Soit l’élément le plus à risque.

Mise à jour 1er septembre : Axa a finalement présenté des excuses pour sa vidéo d’un crash-test trafiqué qui prêtait à confusion.

Article original du 31 août :

Aux yeux de la compagnie d’assurance AXA, les voitures électriques seraient beaucoup plus vulnérables en cas d’accident, notamment en raison d’une batterie qui pourrait « s’enflammer ». Pour prouver ses dires, elle a organisé un test à l’issue duquel une vieille Tesla Model S prend feu après un crash. Sauf qu’il est malhonnête : l’entreprise a indiqué le 30 août dans les colonnes de 24auto que l’incendie était simulé.

AXA voulait montrer les risques liés à la batterie, qui serait susceptible d’exploser dans des conditions extrêmes (il y a un passif à ce sujet). Mais sa démonstration lunaire, qu’on peut visionner sur YouTube, s’est appuyée sur une voiture dont la batterie a précisément été retirée pour des raisons de… sécurité. « Montrer une vraie batterie qui prend feu aurait été trop dangereux pour le public », a justifié AXA. Par conséquent, l’entreprise a utilisé des moyens pyrotechniques pour enflammer intentionnellement la voiture.

AXA réalise un test absurde pour écorner l’image des voitures 100 % électriques

Absolument rien ne va dans ce que cherche à faire et à prouver AXA.

[Lire la suite]