Marchés français ouverture 8 h 26 min
  • Dow Jones

    34 092,96
    +6,92 (+0,02 %)
     
  • Nasdaq

    11 816,32
    +231,77 (+2,00 %)
     
  • Nikkei 225

    27 346,88
    +19,77 (+0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,1017
    +0,0151 (+1,39 %)
     
  • HANG SENG

    22 072,18
    +229,85 (+1,05 %)
     
  • BTC-EUR

    21 571,33
    +427,75 (+2,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    538,70
    +296,03 (+121,98 %)
     
  • S&P 500

    4 119,21
    +42,61 (+1,05 %)
     

Aviation : Airbus conserve sa place de numéro 1 face à Boeing

Pixabay

Airbus est toujours numéro 1 en 2022. L'avionneur européen consolide sa position de de leader de l'aviation civile face à Boeing en livrant davantage d'avions et en obtenant plus de commandes que son rival américain en convalescence mais a pâti des difficultés des fournisseurs à suivre sa montée en cadence. L'Européen supplante l'américain sur le plan des livraisons avec 661 avions remis aux clients, contre 480 par Boeing. Airbus l'emporte également, de peu, sur le plan des commandes, avec 820 commandes nettes, c'est-à-dire tenant compte des annulations, contre 808 pour Boeing. Pour le géant de Seattle, le nombre de livraisons représente une augmentation de 40% par rapport à l'année précédente, mais aussi la meilleure performance depuis 2018, avant que le groupe américain ne doive gérer la crise du 737 MAX après deux accidents mortels et le ralentissement massif du trafic aérien avec la pandémie.

Il avait également dû stopper pendant plus d'un an ses livraisons, reprises en août, de son long-courrier à succès, le 787 Dreamliner, en raison de malfaçons. Une progression plus importante que pour Airbus, dont les livraisons ont progressé de 8% par rapport à 2021, année au cours de laquelle le groupe a commencé à augmenter sa production après le coup d'arrêt dû à la pandémie de Covid-19. "Nous sommes clairement en dessous de nos objectifs, mais au vu de la complexité de notre environnement opérationnel, je tiens à remercier nos équipes et nos partenaires pour les efforts fournis et (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Lidl, Zara, H&M… Ces marques sont accusées de payer leurs fournisseurs au Bangladesh moins que les coûts de production
Vivendi : Canal+ prêt à investir massivement dans le cinéma français
Camaïeu : Noz va déstocker les derniers articles de la collection hiver
Pas d'intérêt de Thales pour la future structure Evidian d'Atos
LVMH : la fille de Bernard Arnault à la tête de Christian Dior Couture à la place de Pietro Beccari