La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 495,83
    -61,57 (-0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 730,32
    -47,06 (-1,25 %)
     
  • Dow Jones

    33 792,82
    -206,22 (-0,61 %)
     
  • EUR/USD

    1,0041
    -0,0051 (-0,50 %)
     
  • Gold future

    1 763,60
    -7,60 (-0,43 %)
     
  • BTC-EUR

    21 496,20
    -1 866,41 (-7,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    513,25
    -28,35 (-5,23 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,57
    +1,07 (+1,18 %)
     
  • DAX

    13 544,52
    -152,89 (-1,12 %)
     
  • FTSE 100

    7 550,37
    +8,52 (+0,11 %)
     
  • Nasdaq

    12 727,31
    -238,03 (-1,84 %)
     
  • S&P 500

    4 237,74
    -46,00 (-1,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 930,33
    -11,77 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 773,03
    +9,12 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,1826
    -0,0107 (-0,90 %)
     

Au Royaume-Uni, des milliers de "microtravailleurs" du net payés moins de 5 euros de l'heure

Identifier ou sous-titrer des images, saisir des données, cliquer sur des publicités pour augmenter artificiellement le trafic... Ils effectuent des tâches numériques simples pour un salaire dérisoire : les "microtravailleurs" britanniques ont fait l'objet d'une enquête dont les résultats ont été relayés par The Guardian, le samedi 25 juin. Des milliers de ces travailleurs en ligne seraient payés, au noir, bien en dessous du salaire minimum en vigueur au Royaume-Uni. Le think tank Autonomy et des chercheurs de l'université d'Exeter et de la London School of Economics ont enquêté auprès de 1.189 forçats du clic basés outre-Manche. Les deux tiers d'entre eux gagneraient moins de 4 £ de l'heure, soit moins de cinq euros.

Le secteur se serait particulièrement développé pendant la pandémie, de nombreux Britanniques étant contraints de travailler à domicile. 36% des personnes interrogées ont ainsi déclaré avoir commencé le micro-travail pendant la crise sanitaire. Rémunérés à la micro-tâche souvent répétitive et à faible valeur ajoutée, ces ouvriers invisibles de la Toile seraient 95% à gagner moins que le salaire minimum en vigueur. Ceux payés à l'heure ne seraient pas mieux lotis. Le Royaume-Uni en compterait des millions, relate le Guardian. La majorité serait originaire de l'Inde, du Kenya et du Venezuela, mais avec la crise, de nombreux Britanniques rejoindraient les rangs de cette masse invisible et sous-payée. Interrogé par le quotidien britannique, Will Stronge, directeur de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Transports routiers : les syndicats appellent à une grève nationale pour une hausse des salaires
Bruno Le Maire annonce une revalorisation des APL
L'appel à réduire "immédiatement" la consommation d'énergie, les règles du ticket-restaurant qui vont changer à partir du 1er juillet… Le flash éco du jour
Arnaque au garage fantôme : comment des conducteurs parviennent à échapper aux amendes pour excès de vitesse
La France plaide pour un "prix maximum du pétrole" au niveau des "pays producteurs"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles