La bourse est fermée

Arrêt maladie en 10 minutes en ligne : la Sécu folle de rage

Marie RIALLAND
1 / 1

Arrêt maladie en 10 minutes en ligne : la Sécu folle de rage

Vous vous sentez patraque et n’avez pas l’énergie de vous rendre au travail aujourd’hui ? Se faire arrêter n’a jamais été aussi simple depuis hier. Pas besoin de prendre rendez-vous chez un médecin généraliste (souvent débordé en cette période avec les épidémies de gastro, grippe et autres maux hivernaux…) ! Le site Arretmaladie.fr propose, depuis le mardi 7 janvier, une solution pour « un arrêt maladie sans se déplacer, 100% valide, remboursable, rapide et sécurisé ».

Comment ça se passe concrètement ? Vous remplissez tout d’abord sur le site un questionnaire. Vous y expliquez « pourquoi vous n'êtes pas en mesure de travailler ? » (au choix : coup de froid, gastro-entérite, douleurs menstruelles, stress, douleurs de dos, migraine ou cystite), vous répondez à la question « Avez-vous une èvre supérieure à 38,5° » (oui, on note au passage que le créateur de la plateforme n’est guère à cheval sur l’orthographe et la syntaxe…) et vous « choisissez vos symptômes ». On vous interroge quand même si vous avez un médecin traitant disponible ce jour ou demain pour vous soigner et si vous êtes susceptible « d'infecter d'autres collaborateurs ou clients au sein de votre entreprise ». On vous demande également de renseigner vos antécédents médicaux, de fournir vos coordonnées et votre numéro d’assuré social. Ensuite, après avoir réglé 25 euros par carte bancaire ou Paypal, vous prenez un rendez-vous virtuel avec un médecin opérant pour un site de téléconsultation partenaire, qui vous rappelle pour un « court appel vidéo » (c’est ce que l’on appelle la téléconsultation, qui se développe de plus en plus en France, notamment dans les déserts médicaux). A l’issue de « l’examen », vous recevez votre arrêt maladie en PDF par mail en quelques minutes… Le Parisien a testé le service, résultat : « En sept minutes, un arrêt de travail d'une journée pour un rhume ».

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Immobilier : comment décrypter les notices de SCPI
- Succession : les règles à respecter pour obtenir un héritage
- Crédit immobilier : de nouvelles conditions pour obtenir un PTZ dans l'ancien