La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 730,65
    -361,04 (-1,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Après le Covid, la saison de ski menacée par la crise énergétique

L'équipe de la station de Villard-de-Lans craint de ne pas pouvoir ouvrir.  - Credit:PHILIPPE DESMAZES / AFP
L'équipe de la station de Villard-de-Lans craint de ne pas pouvoir ouvrir. - Credit:PHILIPPE DESMAZES / AFP

Des exploitants de stations de ski, en pleine renégociation de leurs contrats de fourniture électrique, se disent très inquiets avant le début de la saison hivernale et appellent le gouvernement à agir pour « remettre de la rationalité » dans le secteur. Les prix actuels de l'électricité constituent « un premier obstacle énorme », a expliqué à l'Agence France-Presse Fabrice Boutet, le directeur général de SATA group, société qui gère les remontées de l'Alpe-d'Huez, des Deux-Alpes et de La Grave.

Selon les projections, les tarifs actuels se traduiraient pour le groupe par « une facture qui passe de un à dix, en gros de deux à vingt millions », selon lui. Il devra également composer avec les délestages, aménager vitesses des remontées et heures d'ouverture et travailler sur les économies d'énergie dans la durée, souligne-t-il. La SATA fait partie des quelque 30 % de sociétés de remontées mécaniques amenées à renégocier cette année leur contrat triennal de fourniture de courant, qui expire fin novembre. L'appel d'offres qu'elle a lancé n'a pas abouti et elle négocie à présent avec les grands fournisseurs comme EDF et Engie.

« L'État doit venir nous aider »

« Mais eux aussi sont liés à un prix qu'ils répercutent. Donc je pense que c'est un troisième acteur qui doit venir nous aider, et cet acteur c'est l'État. C'est lui le grand arbitre », ajoute le directeur, disant appeler de ses vœux non des aides financières mais un cadre « raisonnable qui permettra aux entre [...] Lire la suite