Publicité
La bourse ferme dans 5 h 44 min
  • CAC 40

    8 124,02
    -71,94 (-0,88 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 040,62
    -33,72 (-0,66 %)
     
  • Dow Jones

    39 806,77
    -196,82 (-0,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    +0,0013 (+0,12 %)
     
  • Gold future

    2 420,50
    -18,00 (-0,74 %)
     
  • Bitcoin EUR

    65 250,39
    +3 684,46 (+5,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 525,79
    +37,25 (+2,50 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,11
    -0,69 (-0,86 %)
     
  • DAX

    18 676,75
    -92,21 (-0,49 %)
     
  • FTSE 100

    8 391,19
    -33,01 (-0,39 %)
     
  • Nasdaq

    16 794,88
    +108,91 (+0,65 %)
     
  • S&P 500

    5 308,13
    +4,86 (+0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    38 946,93
    -122,75 (-0,31 %)
     
  • HANG SENG

    19 220,62
    -415,60 (-2,12 %)
     
  • GBP/USD

    1,2714
    +0,0008 (+0,06 %)
     

Après cinq mois de gains, Wall Street finit avril en baisse

Le parquet du New York Stock Exchange (SPENCER PLATT)
Le parquet du New York Stock Exchange (SPENCER PLATT)

La Bourse de New York a terminé le mois en berne mardi à la veille d'une décision de la banque centrale américaine et après plusieurs données américaines mitigées.

L'indice Dow Jones a reculé de 1,49% à 37.815,92 points, le Nasdaq, à dominante technologique, a accéléré sa chute en fin de séance perdant 2,04% à 15.657,82 points et l'indice élargi S&P 500 a cédé 1,57% à 5.035,69 points.

Après cinq mois consécutifs de gains, Wall Street accuse ainsi son premier mois de pertes.

"Nous avons eu quatre chiffres aujourd'hui" sur l'économie américaine "et aucun n'était favorable au marché des actions", a résumé pour l'AFP Steve Sosnick d'Interactive Brokers.

PUBLICITÉ

A la veille d'une décision monétaire de la Réserve fédérale (Fed), l'indice du coût de l'emploi a progressé plus vite que prévu au premier trimestre à 1,2%, le rythme le plus rapide depuis un an et demi.

En outre, les prix immobiliers, selon l'indice Case Shiller très suivi par les marchés, restent en vive hausse (+6% en rythme annuel en février) du fait des forts taux des crédits immobiliers et du peu de stocks de biens en vente sur le marché.

L'indice d'activité de la région très industrielle de Chicago s'est encore contracté à 37,9 points, le cinquième déclin mensuel d'affilée.

Enfin, la confiance des consommateurs américains, mesurée par le Conference Board en avril, s'est écroulée à 97 points au lieu des 103,5 points attendus, un plus bas depuis 17 mois.

"Rien de tout cela n'est un bon scénario pour les actions. Je ne prétends pas que la stagflation est là mais j'avoue employer le mot de plus en plus souvent", a suggéré M. Sosnick évoquant cet état de l'économie qui conjuguerait une croissance faible ou nulle avec une inflation forte.

Les taux obligataires se sont tendus à 4,68% contre 4,61% la veille et le billet vert s'est renforcé alors qu'un début de baisse des taux de la Fed semble s'éloigner.

On en saura plus sur la position du Comité monétaire de la banque centrale avec la conférence de presse du président Jerome Powell mercredi, alors que le marché n'attend pas de baisse des taux dès cette réunion.

Le dollar, dopé par la remontée des taux obligataires, a repris de la vigueur, inversant la tendance du début de séance.

Du côté des résultats d'entreprises, Amazon a annoncé, après la clôture du marché, des résultats dépassant les attentes au premier trimestre, ayant triplé son bénéfice net à 10,4 milliards de dollars.

Le titre qui avait terminé en repli de 3,29% reprenait autant dans les échanges électroniques après la fermeture de Wall Street.

Les actions de la chaîne de cafés Starbucks buvaient la tasse après la clôture, s'écroulant de 8,46% dans les échanges électroniques, après avoir annoncé un repli de 4% de son chiffre d'affaires trimestriel.

Les laboratoires Eli Lilly (+5,95%), le conglomérat 3M (+4,72%) et Coca-Cola (-0,44%) ont tous publié des résultats au-dessus des prévisions.

Le chiffre d'affaires du mastodonte des sodas a progressé de 3%, pour atteindre 11,3 milliards de dollars, plus qu'attendu par un consensus d'analystes.

McDonald's a cédé 0,19% alors que les résultats de la chaîne de restauration rapide ont pâti au premier trimestre du conflit à Gaza.

Le géant de la restauration rapide est devenu une cible de choix après que sa franchise en Israël a annoncé en novembre offrir des milliers de repas gratuits à l'armée israélienne. L'effet négatif du conflit à Gaza se perçoit dans sa branche Marchés franchisés en développement à l'international dont le chiffre d'affaires a reculé sur un an de 3%.

Nasdaq

vmt/spi