La bourse ferme dans 28 min
  • CAC 40

    5 812,48
    +2,75 (+0,05 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 701,35
    -6,37 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    31 490,34
    +98,82 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,2082
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • Gold future

    1 706,80
    -26,80 (-1,55 %)
     
  • BTC-EUR

    42 050,05
    +1 142,26 (+2,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 015,98
    +27,88 (+2,82 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,51
    +1,76 (+2,95 %)
     
  • DAX

    14 029,56
    -10,24 (-0,07 %)
     
  • FTSE 100

    6 650,00
    +36,25 (+0,55 %)
     
  • Nasdaq

    13 250,66
    -108,12 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    3 859,70
    -10,59 (-0,27 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3983
    +0,0027 (+0,19 %)
     

Airbus lance l'hélicoptère 'Flightlab' pour tester de nouvelles technologies

·2 min de lecture
Airbus lance l'hélicoptère 'Flightlab' pour tester de nouvelles technologies

Airbus veut être à la pointe des technologies de demain. Le constructeur aéronautique a dévoilé jeudi 21 janvier son programme "Flightlab", un hélicoptère utilisé comme banc d'essai volant pour tester de nouvelles technologies et parvenir à prévenir les collisions, réduire le bruit ou avancer vers la motorisation électrique. L'objectif est de passer plus rapidement de l'idée à l'expérimentation de "briques technologiques", qui peuvent être apportées par des partenaires extérieurs, avant de les intégrer sur les appareils vendus par l'hélicoptériste, a expliqué Tomasz Krynsinski, directeur recherche et innovation d'Airbus Helicopters lors d'une conférence de presse par vidéo.

L'hélicoptère, un H130, a commencé à être utilisé en avril 2020 avec une campagne d'essais afin de mesurer la perception du bruit au sol et l'effet que peuvent avoir les immeubles sur cette perception. Elle s'est poursuivie avec un système d'alerte faits de deux lidars (télédétection par laser) et d'un calculateur pour prévenir les rotors des collisions. "Cela fonctionne sur le même principe qu'un radar de recul de voiture", a expliqué Alexandre Gierczynski, chef du projet Flightlab. Elle sera proposée aux clients dès juin 2021.

D'autres expérimentations pourront avoir des applications dans plusieurs années, notamment pour les taxis volants. Au printemps, Flightlab doit ainsi tester un moteur électrique de secours qui permet d'aider à l'autorotation de l'hélicoptère en cas de panne du moteur et donc d'assurer une descente en sécurité. Outre une application potentiellement rapide, cela constitue une étape vers une motorisation électrique des hélicoptères et une diminution de la consommation de carburant.

"En 50 ans, la consommation a été divisée par deux, nous avons un objectif de la diviser encore par deux en dix ans" avant un hélicoptère zéro émission grâce à l'hydrogène, a expliqué Tomasz Krynsinski. De futurs essais prévoient notamment d'améliorer l'interface homme-machine pour réduire la charge (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Google abandonne son projet de distribuer internet par des ballons volants
Le futur premier casque VR d'Apple ouvrirait la voie à un éventuel remplacement de l'iPhone
Elon Musk offre 100 millions de dollars à celui qui créera la meilleure technologie de capture du carbone
Elon Musk propose de construire un tunnel sous Miami, les réactions sont sceptiques
Google menace l'Australie de suspendre son moteur de recherche dans le pays