Marchés français ouverture 2 h 46 min
  • Dow Jones

    33 730,89
    +53,62 (+0,16 %)
     
  • Nasdaq

    13 857,84
    -138,26 (-0,99 %)
     
  • Nikkei 225

    29 621,27
    +0,28 (+0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,1977
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    28 624,83
    -276,00 (-0,95 %)
     
  • BTC-EUR

    52 913,52
    -267,40 (-0,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 381,53
    +5,76 (+0,42 %)
     
  • S&P 500

    4 124,66
    -16,93 (-0,41 %)
     

Adolescent tué à Bondy : Aymen, 15 ans, est mort dans les bras de son père

·2 min de lecture

Ahmed a raconté comment son fils Aymen est mort dans ses bras après avoir reçu une balle vendredi à Bondy, en Seine-Saint-Denis.

Aymen avait 15 ans et était passionné de boxe. Vendredi, l'adolescent est mort dans les bras de son père, Ahmed, après avoir reçu une balle dans la poitrine. Les faits se sont produits au sein de la maison de quartier de Nelson Mandela à Bondy, en Seine-Saint-Denis. Au milieu de l'après-midi, Aymen se serait battu avec deux frères, un de 17 ans et un de 27 ans, et le trio aurait été séparé par des animateurs de la maison de quartier, relate «Le Parisien». Le père de l'adolescent a alors été contacté et lorsqu'il est arrivé sur place, les deux frères étaient toujours présents. «Le grand a sauté sur lui. Je me suis interposé. Puis ils sont repartis», a raconté le père au quotidien.

Vers 17 heures, le duo est revenu à scooter et l'aîné est soupçonné d'avoir inséré le canon d'une arme à feu par l'interstice de la boîte aux lettres de la porte du centre, avant de viser directement Aymen, qui se trouvait dans le hall. Il a été atteint d'une seule balle mortelle. Au début, le père, qui se trouvait à quelques mètres de son fils, croyait que le coup avait été tiré à blanc. «Papa, j'ai mal», lui a-t-il dit avant de s'effondrer au sol. «Je lui ai enlevé son tee-shirt et c'est là que j'ai vu la blessure. J'ai essayé de le mettre en position latérale de sécurité et de lui parler pour qu'il reste conscient». Les pompiers et les secours appelés sur place n'ont pas pu réanimer le jeune homme. «C'était un enfant adorable, serviable. Il ne cherchait jamais les histoires. On est perdus. Je n'arrive même pas à toucher ses affaires. Sa chambre est restée fermée», a ajouté le père endeuillé.

Un différend au motif encore indéterminé

Le lendemain du drame, à 9 heures du matin, les deux frères se sont rendus au commissariat et ont été(...)


Lire la suite sur Paris Match