La bourse ferme dans 1 h 45 min
  • CAC 40

    4 543,97
    -186,69 (-3,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    2 949,41
    -121,19 (-3,95 %)
     
  • Dow Jones

    26 679,47
    -783,72 (-2,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1737
    -0,0053 (-0,45 %)
     
  • Gold future

    1 875,10
    -36,80 (-1,92 %)
     
  • BTC-EUR

    11 142,78
    -493,71 (-4,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    259,15
    -13,54 (-4,97 %)
     
  • Pétrole WTI

    37,47
    -2,10 (-5,31 %)
     
  • DAX

    11 543,23
    -520,34 (-4,31 %)
     
  • FTSE 100

    5 550,64
    -178,35 (-3,11 %)
     
  • Nasdaq

    11 106,23
    -325,12 (-2,84 %)
     
  • S&P 500

    3 297,36
    -93,32 (-2,75 %)
     
  • Nikkei 225

    23 418,51
    -67,29 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    24 708,80
    -78,39 (-0,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,2985
    -0,0056 (-0,43 %)
     

Les 10 % des ménages les plus aisés ont accumulé la moitié du surplus d'épargne

Par Marc Vignaud
·1 min de lecture
Les ménages les plus aisés ont pu épargner quand les ménages modestes, eux, ont été fortement impactés par le confinement et les conséquences de la crise sanitaire sur l'économie française.
Les ménages les plus aisés ont pu épargner quand les ménages modestes, eux, ont été fortement impactés par le confinement et les conséquences de la crise sanitaire sur l'économie française.

Quel a été l'impact de la crise sanitaire sur la consommation des ménages ? Quelles sont les catégories qui ont le mieux résisté ? Quelles sont celles qui ont le plus souffert ? Pour répondre en détail à ces questions, le Conseil d'analyse économique (CAE), un organisme rattaché à Matignon, a eu accès à des données exceptionnelles.

Grâce au Groupement des cartes bancaires CB, une équipe d'économistes a pu examiner les transactions effectuées par carte bancaire en temps réel. Grâce au Crédit mutuel, ils ont aussi pu étudier les comptes bancaires (recettes, dépenses et solde) de 300 000 ménages, sélectionnés pour constituer un échantillon représentatif de la population française. Tout cela bien sûr, dans le strict respect de la confidentialité des données personnelles.

Si les conclusions* qu'ils tirent de l'observation de ces données exceptionnelles ne sont pas surprenantes, elles permettent d'affiner le diagnostic posé sur les conséquences économiques de la crise sur les ménages et d'appuyer les réponses des pouvoirs publics sur des données incontestables.

Lire aussi « La consommation a pris une fonction thérapeutique »

Les données de cartes bancaires permettent d'observer la chute brutale de la consommation observée pendant la période du confinement à partir de la mi-mars et jusqu'à la mi-mai. Elle représente une diminution de la consommation de 6,3 points en 2020 par rapport à l'année précédente. Heureusement, cette chute a été un tout petit peu compensée à l [...] Lire la suite