La bourse ferme dans 4 h 26 min
  • CAC 40

    6 223,71
    +15,13 (+0,24 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 986,14
    +9,86 (+0,25 %)
     
  • Dow Jones

    33 730,89
    +53,62 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,1969
    -0,0014 (-0,12 %)
     
  • Gold future

    1 747,30
    +11,00 (+0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    52 120,71
    -1 491,00 (-2,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 362,26
    -13,52 (-0,98 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,94
    -0,21 (-0,33 %)
     
  • DAX

    15 246,21
    +37,06 (+0,24 %)
     
  • FTSE 100

    6 974,97
    +35,39 (+0,51 %)
     
  • Nasdaq

    13 857,84
    -138,26 (-0,99 %)
     
  • S&P 500

    4 124,66
    -16,93 (-0,41 %)
     
  • Nikkei 225

    29 642,69
    +21,70 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    28 793,14
    -107,69 (-0,37 %)
     
  • GBP/USD

    1,3769
    -0,0012 (-0,09 %)
     

Une étude israélienne de grande ampleur confirme l'efficacité du vaccin de Pfizer à 94%

S. V.
·3 min de lecture

L'étude rassemble les données de quelque 1,2 million de personnes soignées entre le 20 décembre 2020 et le 1er février 2021.

Le vaccin de Pfizer est efficace à 94% contre les cas symptomatiques de Covid-19, selon une étude de très grande ampleur réalisée en Israël et publiée mercredi, confirmant les données des essais cliniques et le rôle crucial des campagnes de vaccination pour mettre un terme à la pandémie.

"Il s'agit de la première preuve validée par les pairs de l'efficacité d'un vaccin dans les conditions du monde réel", a déclaré à l'AFP Ben Reis, l'un des co-auteurs de cette étude publiée mercredi dans le prestigieux New England Journal of Medicine.

Jusqu'ici, l'efficacité du vaccin a été prouvée par des essais cliniques réalisés sur des milliers de personnes, mais pas en conditions réelles, qui impliquent une plus grande variété de personnes et de comportements ou encore des défis logistiques comme le maintien de la chaîne du froid.

1,2 million de personnes dans l'étude

L'étude a été menée à partir des données de quelque 1,2 million de personnes soignées par l'un des plus gros organismes de santé d'Israël (Clalit Health Services), entre le 20 décembre 2020 et le 1er février 2021. A ce moment, le variant britannique circulait largement dans le pays, rendant ces résultats d'autant plus intéressants.

Près de 600.000 personnes ayant reçu le vaccin ont été "associées" très rigoureusement à quelque 600.000 autres n'ayant pas reçu l'injection, et présentant des caractéristiques très similaires en termes de sexe, d'âge, mais aussi de comorbidités et de lieu d'habitation.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

En comparant les deux groupes, les auteurs montrent que la vaccination a réduit de 94% les cas symptomatiques du Covid-19, de 92% les cas graves de la maladie, et de 87% les hospitalisations. Ces taux valent pour la protection obtenue au moins sept jours après la seconde injection.

Mais "un effet assez conséquent a été observé avant même la seconde dose", a relevé auprès de l'AFP Noam Barda, l'un des deux auteurs principaux, avec une efficacité de 57% pour les cas de Covid-19 avec symptômes, et 62% pour les cas graves. Le vaccin était également efficace à 72% pour empêcher les décès du Covid-19 après la première dose, mais leur faible nombre dans cette étude rend ce résultat moins fiable.

92% de possibilité de ne pas être infecté

L'efficacité était relativement constante pour tous les groupes d'âge, "y compris les personnes âgées de plus de 70 ans", a précisé Ben Reis. En revanche, "nous avons des indications montrant que pour les personnes ayant beaucoup de maladies (antérieures), le vaccin marche légèrement moins bien."

Par ailleurs, l'étude rapporte une efficacité de 92% contre la possibilité même d'être infecté (et non seulement de développer des symptômes). Une donnée cruciale, car si elle était confirmée, elle pourrait indiquer que les personnes vaccinées ne peuvent plus non plus transmettre le virus. Mais ce résultat doit être pris avec prudence, de l'aveu même des auteurs.

Il est encourageant mais dans le même temps "cette étude ne peut pas garantir que nous ayons détecté toutes les infections asymptomatiques", a averti Noam Barda. Pour cela, il faudrait que tous les participants soient très régulièrement testés, de façon proactive, ce qui n'a pas été le cas ici. Une autre étude de Clalit en ce sens est en cours.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :