La bourse ferme dans 4 h 6 min
  • CAC 40

    5 985,69
    +191,54 (+3,31 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 453,48
    +111,31 (+3,33 %)
     
  • Dow Jones

    29 490,89
    +765,38 (+2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9882
    +0,0055 (+0,56 %)
     
  • Gold future

    1 711,10
    +9,10 (+0,53 %)
     
  • BTC-EUR

    20 191,95
    +612,57 (+3,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    453,65
    +18,29 (+4,20 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,02
    +0,39 (+0,47 %)
     
  • DAX

    12 568,05
    +358,57 (+2,94 %)
     
  • FTSE 100

    7 036,76
    +128,00 (+1,85 %)
     
  • Nasdaq

    10 815,43
    +239,82 (+2,27 %)
     
  • S&P 500

    3 678,43
    +92,81 (+2,59 %)
     
  • Nikkei 225

    26 992,21
    +776,42 (+2,96 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • GBP/USD

    1,1302
    -0,0018 (-0,16 %)
     

États-Unis : arrestation du "Bernard Madoff de la sneaker"

Aux États-Unis, Michael Malekzadeh, le "Bernard Madoff de la sneaker", est accusé d'avoir revendu des centaines de milliers de paires de chaussures très recherchées alors qu'il ne les possédait pas.

En 2013, dans l’Oregon, aux États-Unis, Michael Malekzadeh a lancé son entreprise de revente de sneakers, baptisée Zadeh Kicks LLC. Problème : l'Américain présentait des tarifs attractifs avant même que les fabricants ne commercialisent le produit. Une escroquerie bien ficelée qui a fait des milliers de victimes et dont se fait l'écho BFM TV, dimanche 14 août.

L'homme de 39 ans est aujourd’hui soupçonné d’avoir monté une pyramide de Ponzi qui lui aurait permis d’empocher des millions de dollars. Surnommé le "Bernard Madoff de la basket", il est accusé d’avoir escroqué des milliers de personnes. Il doit aujourd'hui rendre des comptes devant la justice américaine qui l’accuse de fraude électronique, de complot en vue de commettre une fraude bancaire et de blanchiment d’argent. Michael Malekzadeh risque jusqu'à trente ans de prison.

Selon les procureurs, le trentenaire prenait les précommandes et encaissait l’argent "pour des milliers de baskets qu’il n’avait pas et ne pouvait pas obtenir, du moins à des prix commercialement intéressants", explique Bloomberg. Certains acheteurs, qui commandaient jusqu'à une centaine de baskets, ont cependant reçu les fameuses chaussures et ont pu se faire un bénéfice en les revendant en ligne. D’autres, en revanche, n’ont pas eu cette chance et ont perdu des milliers de dollars. À ces derniers, Michael Malekzadeh proposait des cartes-cadeaux en guise de compensation afin de garantir sa trésorerie.

Après des années d'escroquerie, ce système a pu être (...)

Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - Voici 10 arnaques courantes et comment les éviter

Guerre en Ukraine : le carnet de commandes du drone turc Bayraktar fait le plein
La Bourse de Paris attendue en hausse
En difficulté, la compagnie aérienne scandinave SAS obtient un prêt de 700 millions de dollars
Johnson & Johnson arrête de vendre un talc pour bébé controversé
Bourse : CAC 40, inflation, Orange, Dassault, Hermès… au programme de Momentum cette semaine