Marchés français ouverture 1 h 8 min
  • Dow Jones

    29 638,64
    -271,73 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    12 198,74
    -7,11 (-0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 787,54
    +353,92 (+1,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,1959
    +0,0024 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    26 626,76
    +285,27 (+1,08 %)
     
  • BTC-EUR

    16 207,30
    -181,75 (-1,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    381,07
    +16,48 (+4,52 %)
     
  • S&P 500

    3 621,63
    -16,72 (-0,46 %)
     

À Besançon, un vin de Bordeaux s'accompagne d'un test Covid

Par LePoint.fr (avec AFP)
·1 min de lecture
L’amusante bouteille de rouge est vendue à 8,75 euros chez le caviste Barthod, rue Bersot dans le centre de Besançon. (Illustration)
L’amusante bouteille de rouge est vendue à 8,75 euros chez le caviste Barthod, rue Bersot dans le centre de Besançon. (Illustration)

C'est une initiative cocasse. Un viticulteur bordelais a décidé d'habiller ses bouteilles de merlot rouge d'une étiquette un peu particulière et très contemporaine, raconte France Bleu. Sur celle-ci, on peut retrouver un mode d'emploi qui s'étale en lettres rouges, « Verse-toi un grand verre de vin et sens-le, si tu arrives à le sentir, goûte-le, et si tu arrives à le sentir et à le goûter, tu n'as pas le Covid. »

La goguenarde bouteille de rouge est vendue à 8,75 euros chez le caviste Barthod, rue Bersot dans le centre de Besançon. Sur l'étal du magasin, une petite ardoise précise ironiquement « Test Covid bio ». D'après Sébastien, le caviste interrogé par France Bleu, la cuvée éphémère rencontre beaucoup de succès. « J'en avais deux cents bouteilles il y a dix jours, il doit m'en rester soixante », détaille le commerçant.

Lire aussi Coronavirus : à Florence, le retour en grâce des « fenêtres à vin »

Un manque à gagner pour les viticulteurs

Le test au raisin fermenté sera donc bientôt en rupture de stock. Mais la saison des beaujolais nouveaux débute ce jeudi 19 novembre. « J'ai sélectionné quatre beaujolais qui sont vraiment bons, même s'ils ont le goût de fruits rouges? et pas de banane », s'amuse Sébastien, qui ne perd pas son sourire, malgré le contexte économique morne et l'interdiction des dégustations cette année.

Au total, les viticulteurs estiment que la crise sanitaire a engendré un manque à gagner d'au moins 1,5 milliard d'euros en raison de la mise [...] Lire la suite