Marchés français ouverture 8 h 48 min
  • Dow Jones

    35 064,25
    +271,58 (+0,78 %)
     
  • Nasdaq

    14 895,12
    +114,58 (+0,78 %)
     
  • Nikkei 225

    27 728,12
    +144,04 (+0,52 %)
     
  • EUR/USD

    1,1836
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    26 204,69
    -221,86 (-0,84 %)
     
  • BTC-EUR

    34 623,23
    +623,67 (+1,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 005,54
    +29,64 (+3,04 %)
     
  • S&P 500

    4 429,10
    +26,44 (+0,60 %)
     

Xynthia, Katrina : les inondations côtières dues à des tempêtes exceptionnelles vont se multiplier

·1 min de lecture

Les inondations côtières dues à des tempêtes exceptionnelles comme Xynthia en 2010 en France, vont se multiplier, prévient une équipe internationale. Les progrès en modélisation numérique et imagerie satellite permettent aujourd’hui de prendre en compte la force complexe des vagues.

On se souvient de en février 2010 en France, mais aussi deen août 2005 en Louisiane (USA). Les submersions marines sont des catastrophes particulièrement marquantes parce que leur ampleur dépasse la mémoire et l’imagination des Hommes. La mer occupe soudain des espaces terrestres qu’on croyait hors de son atteinte. Le phénomène est connu depuis longtemps. "C’est la conjonction de grandes vagues, une marée astronomique de vives eaux avec une marée atmosphérique, c’est-à-dire un gonflement de la mer du fait des basses pressions et du vent", résume Rafael Almar, chercheur au et co-auteur d’un article de paru le 18 juin 2021 qui fournit les preuves d’un phénomène inquiétant : ces évènements ont augmenté de 50% entre 1993 et 2015.

Les différents éléments d'une submersion : le niveau de la mer, la marée, la pression atmosphérique et les vagues. Copyright Raphal Almar/Nature communications

Pourquoi 1993 ? Parce que c’est à partir de cette année-là que les images satellitaires ont commencé à fournir une surveillance du niveau de la mer. Il restait ensuite à estimer la responsabilité d’un acteur important des submersions : les vagues. "Les scientifiques ont eu à leur disposition des images très précises du littoral et notamment des hauteurs des protections naturelles comme les dunes ou artificielles comme les digues, ainsi que la configuration topographique des zones marines littorales qui influe sur la force des vagues" précise Rafael Almar. Les chercheurs ont donc pu construire un modèle qui inclut le niveau local de hauteur de la mer donné par les satellites, la marée, la profondeur de la dépression atmosphérique et la force des vents caractérisant la tempête, la coïncidence dans le temps de la marée haute avec l’arrivée de la tempête, la configuration du littoral (plages, pentes de montagne, dunes, etc.) et de ses protections, et surtout la fréquence et la force des vagues qui sont en effet plus ou moins fortes, plus ou moins hautes selon le relief sur lequel les vag[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles