Publicité
Marchés français ouverture 4 h 22 min
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,10 (+0,62 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,32 (-2,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0892
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    18 120,36
    -173,02 (-0,95 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 241,54
    +2 703,28 (+4,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 281,18
    +82,61 (+6,90 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     

Wilko : pas de repreneur, des licenciements et fermetures à venir

SOPA Images / Getty Images

Des licenciements sont attendus chez le groupe de magasins à bas prix britannique Wilko, aucun repreneur n'ayant été trouvé pour l'ensemble du groupe, a indiqué l'administrateur de la faillite PwC dans un communiqué reçu tard mercredi 23 août. Par ailleurs, Sky News indique jeudi que les distributeurs à bas prix Pepco et B&M sont en discussions pour reprendre une centaine de magasins.

La chaîne britannique avait déposé le bilan début août, frappée par la crise du coût de la vie et l'inflation au Royaume-Uni, et comptait jusqu'alors 400 magasins et 12.500 salariés. "Si des discussions continuent avec ceux qui sont intéressés par la reprise de segments de l'activité, il est clair que la nature de ces intérêts ne porte pas sur l'ensemble du groupe", explique PwC. "Malheureusement, il est donc probable qu'il y aura des licenciements et des fermetures de magasins" ajoute l'administrateur du groupe dans son communiqué, sans donner de chiffres. "Pour le moment, tous les magasins restent ouverts" et "contrairement aux rumeurs il n'y a pas de projet de fermer des magasins la semaine prochaine", conclut PwC.

Mercredi en fin de journée, le syndicat GMB avait diffusé un communiqué affirmant que les administrateurs de Wilko leur avaient annoncé qu'il n'y avait plus d'espoir de voir un repreneur pour l'ensemble de l'entreprise et que des licenciements "significatifs" débuteraient la semaine prochaine. Des porte-parole de PwC et Pepco joints par l'AFP se sont refusés à tout commentaire sur d'éventuelles (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite