Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 111,48
    -330,06 (-0,86 %)
     
  • Nasdaq

    16 737,08
    -183,50 (-1,08 %)
     
  • Nikkei 225

    38 054,13
    -502,74 (-1,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,0834
    +0,0027 (+0,25 %)
     
  • HANG SENG

    18 230,19
    -246,82 (-1,34 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 132,64
    +1 006,75 (+1,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 427,93
    -27,94 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    5 235,48
    -31,47 (-0,60 %)
     

Sur les voitures thermiques, l’UE valide finalement leur interdiction

L’Union européenne a mis fin ce lundi 27 mars a validé la fin des moteurs thermiques dans les voitures neuves à partir de 2035. (Photo : embouteillage à Calais, novembre 2021)
L’Union européenne a mis fin ce lundi 27 mars a validé la fin des moteurs thermiques dans les voitures neuves à partir de 2035. (Photo : embouteillage à Calais, novembre 2021)

ENVIRONNEMENT - Une promesse de longue date et un accord arraché au bout du suspense. L’Union européenne a mis fin ce lundi 27 mars à trois semaines de psychodrame lié au blocage allemand et a validé la fin des moteurs thermiques (essence et diesel) pour les voitures neuves commercialisées à partir de 2035, mesure centrale du plan climat des 27.

Les ambassadeurs des pays membres de l’UE ont donné son aval pour un texte qui contraindra les automobiles neuves à ne plus émettre aucun CO2, interdisant de fait les véhicules essence, diesel, et hybrides, au profit du tout électrique. Quant à l’Allemagne, qui avait mis son veto dans les dernières étapes de la négociation, elle a obtenu qu’une proposition séparée sur les carburants de synthèse puisse être validée d’ici l’automne 2024.

La fin d’une époque industrielle

Un « large soutien » a été trouvé parmi les représentants des 27 pays membres à Bruxelles, a annoncé la présidence suédoise du Conseil de l’UE. Ils ont accepté que ce règlement historique soit « mis à l’ordre du jour » d’une réunion mardi des ministres de l’Énergie pour adoption formelle, ultime étape du processus législatif. Ce texte s’inscrit dans l’objectif européen de neutralité carbone en 2050.

PUBLICITÉ

Il marque la fin d’une époque industrielle. Pendant plus d’un siècle, le Vieux continent, berceau de marques prestigieuses, a dominé l’innovation automobile. Au cœur de son savoir-faire, des moteurs thermiques considérés comme les plus performants au monde.

Berlin avait stupéfié ses partenaires début mars en bloquant le règlement alors qu’il avait déjà été approuvé mi-février par les eurodéputés réunis en plénière, après un feu vert des États membres, dont l’Allemagne. Pour justifier sa volte-face, rarissime à ce stade de la procédure, l’Allemagne avait réclamé de la Commission qu’elle présente une proposition ouvrant la voie aux véhicules fonctionnant aux carburants de synthèse.

Cette technologie, controversée et encore en développement, consisterait à produire du carburant à partir de CO2 issu des activités industrielles. Défendue par des constructeurs haut de gamme allemands et italiens, elle permettrait de prolonger l’utilisation de moteurs thermiques après 2035.

Des carburants de synthèse contestés

La Commission européenne et l’Allemagne ont annoncé samedi avoir trouvé un accord pour débloquer le texte, qui reste inchangé. Bruxelles s’est simplement engagé à ouvrir plus nettement la voie aux carburants de synthèse dans une proposition séparée qui devra être validée d’ici l’automne 2024.

Les véhicules équipés d’un moteur à combustion pourront être immatriculés après 2035 s’ils utilisent exclusivement des carburants neutres en termes d’émissions de CO2, s’est réjoui le ministre allemand des Transports Volker Wissing.

De l’avis de nombreux experts, la technologie des carburants de synthèse a pourtant peu de chances de s’imposer sur le marché et ne concernerait dans le meilleur des cas qu’une minorité de véhicules de luxe. Elle est contestée par les ONG environnementales qui la jugent coûteuse, énergivore et polluante.

Le blocage de Berlin était une initiative des libéraux du FDP, troisième parti de la coalition au pouvoir derrière les sociaux-démocrates (SPD) et les Verts. Ce petit parti, crédité d’environ 5 % des intentions de vote dans les sondages nationaux, a perdu cinq élections régionales consécutives. Il espère s’affirmer en se posant en défenseur de l’automobile, pariant sur l’hostilité d’une grande partie de la population à l’interdiction des moteurs thermiques.

Finalement, « le texte est inchangé. La règle des 100 % de voitures zéro émissions en 2035 est donc maintenue », avait réagi samedi le président de la Commission Environnement du Parlement Européen Pascal Canfin (Renew, Libéraux), assurant qu’il serait vigilant sur le respect de la « neutralité climat » des moteurs thermiques qui seront autorisés.

À voir également sur Le HuffPost :

Sobriété énergétique : les gares et aéroports s’engagent sur les publicités lumineuse

Sainte-Soline : Les élus de la Nupes assument leur présence à la manifestation contre les bassines