La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 209,27
    +309,93 (+0,89 %)
     
  • Nasdaq

    15 803,36
    +311,71 (+2,01 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,92
    -467,70 (-1,63 %)
     
  • EUR/USD

    1,1274
    -0,0046 (-0,41 %)
     
  • HANG SENG

    23 852,24
    -228,28 (-0,95 %)
     
  • BTC-EUR

    52 119,62
    +4 221,90 (+8,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 468,59
    +39,66 (+2,78 %)
     
  • S&P 500

    4 665,76
    +71,14 (+1,55 %)
     

"Je vivais avec la peur": une voisine de l'homme suspecté d'avoir décapité une retraitée à Agde témoigne

·2 min de lecture

Une voisine du suspect interpellé jeudi soir près d'Agde raconte avoir eu des différends avec le meurtrier présumé.

Elle parle d'un homme "calme, gentil, souriant, poli", avant qu'il ne change de comportement. Une voisine du suspect arrêté dans le cadre de l'enquête sur la retraitée retrouvée décapitée à Agde a accepté de se confier à BFMTV.

Alors qu'elle côtoyait cet homme âgé d'une cinquantaine d'années et ancien candidat sur une liste du Front national, elle explique avoir eu au fil du temps des problèmes avec lui, lors des confinements et ces derniers mois.

"Petit à petit, il s'est mis à bricoler, c'était du bricolage permanent, du lundi au dimanche", confie-t-elle. "Il racontait qu'il avait fait 27 ans de boxe, qu'il avait eu un accident et que suite à celui-ci il était handicapé et qu'il avait besoin de bricoler et de taper."

"D'un coup de poing je te casse les dents"

Elle lui a dit à plusieurs reprises le trouble que son activité occasionnait, ce qui ne l'a pas empêché de continuer. Elle a donc fini par le signaler à la gendarmerie. C'est alors qu'il est devenu violent et menaçant à son égard.

"J'ai eu droit à des insultes, à des menaces, j'ai dû faire intervenir la gendarmerie et depuis le 24 juillet je ne lui parle plus parce que je vivais avec la peur, de ce qu'il pouvait me faire à moi, à mes enfants ou à mon compagnon."

Elle a alors rompu toute relation avec lui, qui faisait souvent référence à sa carrière de boxeur professionnel, ce qui l'inquiétait. Elle affirme en outre avoir reçu des propos violents de la part de celui-ci: "il me disait 'moi, d'un coup de poing je te casse les dents', ou 'si j'ai un marteau, je le lance, et tu le prends sur la tête".

"Des problèmes neurologiques ou psychologiques"

Le maire de Vias, commune où a été interpellé jeudi soir le suspect, raconte quant à lui rencontré le meurtrier présumé lorsque celui-ci était dans l'association de soutien du maire d'Agde. Ce dernier avait par la suite déposé une demande de logement social auprès de l'édile.

"C'était un homme assez imposant, une carrure assez sportive, quelqu'un d'assez baraqué et très sympathique", témoigne Jordan Dartier.

Le maire avait ensuite eu vent des problèmes de voisinages qu'il avait généré. Une fois intervenu sur place, le bailleur social avait alors indiqué à Jordan Dartier qu'il "suspectait des problèmes neurologiques ou psychologiques" chez l'ancien boxeur.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Un adolescent de 13 ans retrouvé, décapité et démembré, à Tarascon

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles