La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 568,82
    +87,23 (+1,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 109,10
    +50,05 (+1,23 %)
     
  • Dow Jones

    35 061,55
    +238,20 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1770
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 802,10
    -3,30 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    29 042,49
    +228,45 (+0,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    786,33
    -7,40 (-0,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,17
    +0,26 (+0,36 %)
     
  • DAX

    15 669,29
    +154,75 (+1,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 027,58
    +59,28 (+0,85 %)
     
  • Nasdaq

    14 836,99
    +152,39 (+1,04 %)
     
  • S&P 500

    4 411,79
    +44,31 (+1,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 548,00
    +159,80 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    27 321,98
    -401,86 (-1,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,3754
    -0,0013 (-0,10 %)
     

Violences: pour la première fois, Macron reprend à son compte le terme d'"ensauvagement"

·2 min de lecture
Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse au G7 ce dimanche. - BFMTV
Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse au G7 ce dimanche. - BFMTV

S'exprimant ce dimanche face à la presse au sortir du G7 organisé dans la petite ville des Cornouailles britanniques de Carbis Bay, le président Emmanuel Macron a confirmé qu'une montée des violences s'observait en France - élargissant cependant cette flambée au reste du monde. Il a considéré que celle-ci était due à un certain "ensauvagement" des discours sur les réseaux sociaux. C'est la première fois qu'il reprend ce terme, employé en septembre dernier par son ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, alors qu'il souhaitait qualifier l'état d'insécurité règnant selon lui en France.

"Dans nos pays, on voit une montée des violences", a posé le chef de l'État lors de la conférence de presse. "On a tous des raisons qui sont propres à nos pays et qui ont deux racines profondes: les inégalités sécrétées par le fonctionnement de l'économie internationale, et l'ensauvagement des discours sur les réseaux sociaux. Ces deux sujets sont au coeur de l'agenda évoqué là, avec des réponses concrètes".

"Un mot-clé" à forte résonnance

"C'est l'une des premières fois qu'Emmanuel Macron en parle, qu'il évoque ce mot", souligne notre journaliste politique Anne Saurat-Dubois, rappelant que ce terme était "un mot clé" souvent employé dans le camp du Rassemblement national. Elle note toutefois: "Il en parle, mais concernant les réseaux sociaux donc sans rentrer à 100% dans le débat politique. Une façon en demi-teinte de prononcer ce mot sans parler totalement de la vie politique française. Il connaît parfaitement la signification et la portée de ce mot donc en l'employant, il envoit un signal fort".

Le chef de l'État a poursuivi en se félicitant des décisions prises dans le cadre de ce sommet international. Il a notamment évoqué l'accord "historique" sur la fiscalité internationale. Samedi, les ministres des Finances du G7 ont annoncé avoir trouvé un accord "sans précédent" pour taxer les multinationales, en particulier les géants du numérique.

"On va pouvoir taxer les multinationales", s'est réjouit Emmanuel Macron. "C'est 5 à 10 milliards de plus pour le budget français. C'est juste et je peux l'expliquer à mes contribuables français en leur disant: 'Je vais vous enlever 5 à 10 milliards d'impôts, et surtout les gens qui vous concurrençaient de manière injuste, on les a corrigés".

Les pays membres du G7 se sont engagés à fixer à "au moins 15%" le taux d'imposition de ces sociétés, en vue de mettre fin à la course vers le bas de la taxation des entreprises.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles