La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 698,56
    -242,83 (-1,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Vin : la coopérative Plaimont fait le pari de cépages oubliés

© Constant Forme-Becherat/Hans Lucas/Hans Lucas via AFP

« On peut faire des choses formidables au fin fond du Gers. » Il faut bien sûr être gascon pour oser la formule. Mais depuis sa constitution, en 1978, la coopérative viticole de Plaimont le démontre. Cette année-là, un petit village de 1 200 habitants, Marciac, décide de monter un festival de jazz qui attire aujourd’hui encore des pointures mondiales de la musique. Les vignerons du coin donnent un coup de main pour installer la scène. Cette initiative en inspire un autre : le regroupement de trois caves en une coopérative. Baptisée ­Plaimont, elle est aujourd’hui la troisième de France, avec 800 familles adhérentes. Son chiffre d’affaires a atteint l’an dernier 73 millions d’euros, dont 55 % à l’export.​​

À l’époque, les vignerons implantés au pied des Pyrénées peinent à s’en sortir, avec une filière armagnac fragile et des vins « petits, faibles et pas chers », selon le directeur de Plaimont, Olivier Bourdet-Pees. « On se disputait avec le Languedoc le titre de vins les plus mauvais de France ; ils ne savaient pas à qui ils se frottaient », sourit le dirigeant. Les vignerons vont se souvenir que, fut un temps, leurs blancs aromatiques étaient aussi intéressants que nombre de sauvignons blancs ou de chardonnays qui inondent le monde. La coopérative va les aider à se réapproprier des cépages « oubliés » : gros manseng, petit courbu, colombard. « Plaimont s’est construit sur ses vieilles vignes », résume Olivier Bourdet-Pees. La coopérative tient son argument commercial. Elle...


Lire la suite sur LeJDD