La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    47 677,09
    +1 417,36 (+3,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

Veut-on vraiment réconcilier l’opinion avec les professionnels immobiliers ?

·1 min de lecture

Le postulat pourra froisser dans le monde immobilier, il s’impose pourtant comme une évidence : les Français n’ont pas des agents immobiliers et des administrateurs de biens la plus haute opinion. Que leur reproche-t-on ? Pour le dire d’un mot, une valeur ajoutée insuffisante et une utilité qui n’apparaît pas à une partie des ménages, qui se passent de leurs services pour acheter, louer, gérer. Un taux de pénétration des agents immobiliers qu’on a longtemps estimé à 50% et que certains considèrent aujourd’hui plus proche des 2/3 du marché, un niveau plus bas, de l’ordre du tiers seulement du marché, pour les gestionnaires locatifs : ces chiffres attestent de l’estime trop faible de la part des familles. Les syndics, eux, tiennent mieux leur rang : 9 copropriétés sur 10 font le choix d’une administration professionnelle, mais en contrepartie leurs honoraires sont régulièrement discutés, jugés toujours trop élevés - fût-ce par assimilation aux charges dont ils sont percepteurs - et ils font souvent l’objet des pires critiques.

>> A lire aussi - Copropriété : les syndics professionnels épinglés par la Répression des fraudes

Cette image collective dégradée ne rend évidemment pas compte de la réalité dans son ensemble, mais il a bien fallu que des faiblesses l’expliquent dans l’histoire de ces métiers, et sans doute ces manques n’ont-ils pas encore été corrigés. Certes, on peut toujours soutenir, comme dans la chanson d’Aznavour “En haut de l’affiche” que c’est le public qui n’a rien (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Passoires thermiques : à peine votée, l’interdiction de location inquiète déjà les propriétaires
Une brigade du silence bientôt déployée à Marseille pour surveiller les locataires d'Airbnb
Copropriété : les syndics professionnels épinglés par la Répression des fraudes
Forêts, vignes, maisons à la campagne : cette nouvelle plateforme qui identifie les prix autour de chez vous
Crédit immobilier : comment arriver à emprunter lorsqu’on est gravement malade