La bourse ferme dans 6 h 55 min
  • CAC 40

    6 394,76
    +27,41 (+0,43 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 029,66
    +22,82 (+0,57 %)
     
  • Dow Jones

    34 327,79
    -54,34 (-0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,2219
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 869,90
    +2,30 (+0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    37 109,68
    -190,98 (-0,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 260,66
    +62,74 (+5,24 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,78
    +0,51 (+0,77 %)
     
  • DAX

    15 469,83
    +73,21 (+0,48 %)
     
  • FTSE 100

    7 066,02
    +33,17 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 379,05
    -50,93 (-0,38 %)
     
  • S&P 500

    4 163,29
    -10,56 (-0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    28 406,84
    +582,01 (+2,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 593,81
    +399,72 (+1,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,4201
    +0,0064 (+0,45 %)
     

Veolia-Suez : ce que l'on sait de l'accord surprise entre les deux groupes

·1 min de lecture

Un accord surprise entre Veolia et Suez. Après huit mois à s'écharper, Veolia et Suez, les deux géants français de la gestion de l'eau et des déchets, ont annoncé lundi un accord de principe pour que le premier absorbe en partie son rival. L'objectif? Donner naissance à un "champion mondial de la transition écologique". "Toutes les parties prenantes des deux groupes sortent (...) gagnantes", s'est réjoui dans un communiqué commun le PDG de Veolia, Antoine Frérot, tandis que son homologue de Suez, Philippe Varin a salué "un accord qui reconnaît la valeur" de son groupe.

Huit mois de bataille intense par médias interposés. D'un vaste désaccord initial, les deux entreprises sont parvenues à une série de compromis et espèrent conclure des accords définitifs d'ici au 14 mai. Ce serait alors la conclusion d'une bataille quasi-épique à grands coups de propos chocs tenus dans la presse, de recours en justice et d'appels téléphoniques à Bercy. Les deux groupes français s'affrontaient depuis août dernier et l'acquisition par Veolia en octobre de 29,9% de Suez auprès d'Engie. Veolia avait ensuite lancé une OPA hostile sur le reste des actions Suez. Et si, sous la pression du ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, chacun affichait régulièrement sa volonté de tendre la main à son rival, ils maintenaient leurs conditions respectives, donnant l'impression d'un dialogue de sourds.

Ce que l'on sait pour le moment de l'accord. Si le détail sera essentiel pour en comprendre les répercussions,...


Lire la suite sur LeJDD