La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 943,90
    -2,80 (-0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    21 564,98
    +294,09 (+1,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Elle vendait des voyages de rêve à des prix défiant toute concurrence, il s'agissait d’une arnaque pyramidale

Pixabay

Un véritable système de Ponzi. Une femme était jugée mercredi 11 janvier devant le tribunal de Bastia (Haute-Corse) pour abus de confiance, organisation et vente de produits touristiques sans immatriculation, fraude fiscale, travail dissimulé ou encore blanchiment, rapporte France Bleu RCFM. L'accusée vendait en effet des billets d'avion et des séjours touristiques à des prix défiant toute concurrence. Les clients ne s'en rendaient pas compte, et pendant un an et demi, la jeune femme avait monté une véritable structure pyramidale.

Ce système de Ponzi est simple : un escroc rémunère les investissements de ses clients essentiellement avec des fonds qu'il se procure de nouveaux entrants. L'escroquerie peut durer longtemps, mais elle est souvent mise au jour lorsque le système s'écroule. Les sommes laissées par les nouveaux entrants ne suffisent alors plus à couvrir la fraude. C'est ce qui s'est passé en juin 2016. Après avoir vendu des séjours de rêve aux États-Unis, en Thaïlande ou encore aux Seychelles, la pyramide de l'accusée s'est effondrée.

Des clients lésés ont commencé à déposer plainte. En tout, 77 personnes auraient été escroquées, pour un préjudice total évalué à 131.000 euros. Du côté de la défense, on rejette la faute sur son prétendu employeur. En effet, la jeune femme aurait été en contrat avec le groupe Kallistour et l'agence de voyages Thalassa à Ghisonaccia. Problème, elle ne peut pas prouver aujourd'hui l'existence de ce contrat, car en représailles, des anciens (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La CGT Énergie veut "s’occuper" des élus partisans de la réforme des retraites
Pénurie des médicaments : faut-il augmenter les prix pour garantir des stocks suffisants ?
Tech : l'informatique quantique va-t-elle révolutionner nos vies en 2023 ?
Le généreux don de Georges Clooney à une commune du Var
Prime à la conversion 2023 : conditions et montant